Sela Ward Index du Forum Sela Ward Index du Forum Sela Ward Index du Forum
     
  FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Avant qu'il ne soit trop tard !

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Sela Ward Index du Forum Le coin des créatifs Créations en rapport avec Sela Ward Fictions One shot / Fictions courtes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:52 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Titre : Avant qu'il ne soit trop tard !
Genre : Drame / romance
Personnages principaux : Jo Danville / Mac Taylor / Christine Whitney / Sid Hammerback
Note : Cette fiction se déroule quelques semaines après la fin de la saison 9, ultime saison de CSI : NY.
Disclaimer : Fiction basée sur une histoire pré-existante. Les personnages ne m’appartiennent pas en dehors de ceux que j’ai inventé. Cette fiction est un loisir littéraire écrite à but non lucratif.
Type de fiction : Fiction en deux ou trois partie.
Avertissement : Déconseillé au moins de 16 ans.

Synopsis : Mac a annoncé à son équipe qu'il a projeter de se marier avec Christine mais tout le monde ne le voit pas du bon oeil.



 
Avant qu'il ne soit trop tard ! 

 

 

Première partie.


Depuis peu de temps, Mac a annoncé à son équipe qu'il était sur le point de se marier avec Christine. Celui-ci avoue qu'il a sauté le pas, sans doute sur un coup de tête mais qu'il est heureux d'épouser Christine.


Sid finit ses conclusions sur l'autopsie d'un corps en compagnie de Jo.


Jo : Bon alors c'est bien une mort accidentelle ?
Sid : Sans l'ombre d'un doute.
Jo : Alors on classe l'affaire !


Jo soupire.


Sid : ça n'a pas l'air de vous enchanter !
Jo : Si, bien sur que si !
Sid : Quelque chose ne va pas ?
Jo : Ben si ! Tout va bien ! (peu convaincante)
Sid : Jo ! On est amis tous les deux et je sais qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Je vous connais bien maintenant.


Jo s'assoie.


Jo : Je peux compter sur votre discrétion Sid.
Sid : Oui, bien sûr ! Je vous écoute.
Jo : C'est à propos de Mac.
Sid : Mac ! (Etonné) Mais qu'est-ce-qui se passe avec Mac ?
Jo : Vous êtes au courant pour lui et Christine ?
Sid : Ben oui ! Je sais qu'ils doivent se marier !
Jo : Je n'arrive plus à me regarder dans la glace et je suis ignoble de penser des choses pareilles.
Sid : A quoi pensez-vous ?
Jo : J'ai pas vraiment envie que Mac se mari en fait. J'ai juste envie que finalement ils se rendent compte qu'il ne sont pas fait pour être ensemble.
Sid : Ah bon ! C'est ce que vous pensez ? Mais pourquoi ? Vous n'aimez pas Christine ?
Jo : Si, je l'apprécie beaucoup, mais c'est le couple qu'elle forme avec Mac que je n'aime pas. Je les aime bien en fait mais pas ensemble.
Sid : Pourquoi se raisonnement Jo ! Ça ne vous ressemble pas vraiment.
Jo : Vous en avez pas une vague idée ?
Sid : Quand on ne veut pas qu'un ami épouse sa fiancer, c'est que soit on apprécie pas du tout la futur épouse ou soit l'ami en question est peut-être plus qu'un ami.
Jo : J'aime beaucoup Christine, c'est une femme bien.
Sid : Donc c'est bien la deuxième option. Vous appréciez beaucoup Mac n'est-ce-pas ?
Jo : J'avoue que secrètement j'envie la place de Christine, mais c'est mon patron ! Je n'ai pas le droit !
Sid : Ce n'est pas interdit d'éprouver des sentiments Jo !
Jo : Je sais, mais pas avec Mac. Je le respecte beaucoup trop.
Sid : Parce que vous pensez que l'aimer c'est ne pas le respecter ?
Jo : Je pense que ce n'est pas du tout professionnel.
Sid : C'est incontrôlable les sentiments.
Jo : Je sais.


Une larme s'échappe de l'oeil droit de Jo.


Sid : Vous avez l'air peiné !
Jo : Avec le recul je me dis que peut-être j'aurais dû dire la vérité à Mac. Peut-être que j'aurais dû lui avouer mes sentiments pendant qu'il était encore célibataire. Maintenant, il est avec Christine depuis un peu plus d'un an et c'est trop tard. C'est dur pour moi mais je ne veux pas mettre la pagaille dans sa vie.
Sid : Vous savez, ce n'est pas encore trop tard. Mac n'est pas encore marié.
Jo : Je n'ai pas le droit de mettre la pagaille dans sa vie. Puis de toute façon, il ne voudrait pas de moi.
Sid : Pourquoi dites-vous ça ?
Jo : Qui voudrait d'une femme comme moi ?
Sid : C'est vrai ! Une femme belle, drôle et intelligente ! Quel supplice pour un homme ! (ironiquement)
Jo : De toute façon quoi qu'il en soit, c'est trop tard.
Sid : Je suis désolé Jo !
Jo : Je ne sais pas si je vais aller au mariage.
Sid : Mac vous apprécie beaucoup. Ça serait une déception pour lui.
Jo : Et moi ça sera dur quand je le verrais pétillant de bonheur en mettant l'anneau autour du doigt de Christine. Je l'apprécie beaucoup, mais ça sera une épreuve bien trop dur pour moi.
Sid : Vous avez l'air amoureuse Jo ! Je me trompe ?
Jo : Non vous ne vous trompez pas. (souriant)
Sid : Qu'est-ce-que vous comptez faire ?
Jo : Rien ! La vie continue ! Mais je me demande si je ne vais pas chercher un poste ailleurs car je me lasse de cette situation.
Sid : Vous n'allez pas nous quitter quand même !?
Jo : Je l'envisage !
Sid : C'est dommage !
Jo : J'aime beaucoup cette équipe, mais plus les jours passent et plus je me rends compte que Mac envahit mon cœur et un jour ça va me jouer des tours. Mac va se marier et je ne voudrais pas faire une bêtise.
Sid : Je comprends.
Jo : J'ai beaucoup de respect pour Christine et je ne veux pas nuire à leur couple.
Sid : C'est tout à votre honneur mais vous devriez penser à vous pour une fois. En tant qu'ami et ami de Mac, je vous conseil de lui parler. Dites lui ce que vous ressentez Jo !
Jo : C'est hors de question Sid !
Sid : Dommage ! Je m'avance peut-être un peu trop, mais je suis sûr que ça aurait pu semer le doute dans la tête de Mac.
Jo : Et c'est ce que je veux éviter.
Sid : Je n'insiste pas alors.
Jo : Bon, je vais y aller ! Bon boulot Sid !
Sid : Vous transmettez le rapport à Mac. Il m'a dit qu'il passerait, mais visiblement il n'a pas pu.
Jo : Pas de soucis.


Jo prend le rapport et remonte au labo. Elle sèche ses larmes dans l'ascenseur et arrive dans le bureau.


Jo : Tiens vous n'êtes pas venu voir les conclusions de l'autopsie ?
Mac : Non, je n'ai pas pu. Alors dites moi !


Jo lui explique les conclusions.


Mac : Très bien.
Jo : Bon ben je vais y aller !
Mac : Très bien.


Jo s'apprête à sortir.


Mac : Jo !


Jo se retourne.


Jo : Oui !
Mac : Vous avez l'air soucieuse !
Jo : Non ! Tout va bien.
Mac : Vous m'avez l'air fatigué ! Reposez-vous !
Jo : D'accord ! Promis.
Mac : Alors à demain ! (souriant)
Jo : A demain.


Quelques jours plus tard, Mac se trouve avec Sid.


Mac : Alors qu'est-ce-que nous avons là ?
Sid : Un véritable acharnement. Quinze coup de couteau et une balle dans la tête.
Mac : C'est moche.
Sid : C'est jamais beau à voir !


Sid explique à Mac à quel moment la victime à perdu la vie et donne ses conclusions.


Mac : Bon boulot Sid.
Sid : Merci !


Malgré sa promesse de discrétion, Sid meurt d'envie de faire certaines révélations à Mac. Mais il a promit à son amie de garder le silence.


Sid : Au fait, vos préparatifs de mariage, ça avance ?
Mac : Ben pas trop en ce moment.
Sid : Vous avez déjà fixé une date concrète ?
Mac : ça devrait être pour cet été. Dans cinq ou six mois. On va pas tarder à fixer la date et envoyer les faire-parts.


Sid baisse la tête et Mac voit bien que son médecin légiste à l'air préoccupé.


Mac : Il y a un soucis Sid.
Sid : J'ai fait la promesse à une personne que j'apprécie beaucoup de garder le silence, alors je tiendrais ma promesse. Toutefois, la seule chose que j'ai à vous dire c'est que le bonheur des uns peuvent faire le malheur des autres.
Mac : Pourquoi me dites-vous ça ?
Sid : J'en ai déjà trop dit Mac.
Mac : Où pas assez justement.
Sid : Je ne peux pas trahir la personne qui s'est confiée à moi, mais il y en a pas beaucoup qui travail continuellement à vos côtés. Réfléchissez bien !
Mac : Jo !
Sid : Je n'en dirais pas plus. Juste que vous devriez peut-être éviter d'inviter l'équipe à votre mariage. Dites que vous faites ça en privée mais en tant qu'ami, j'aimerais que cette personne cher à mon cœur n'assiste pas à un spectacle qui lui briserait le cœur.
Mac : Ben mince alors ! Je ne pensais pas que Jo...
Sid : Mac ! Je n'ai rien dit.
Mac : Faite moi confiance Sid.
Sid : Vous avez le droit d'être heureux Mac, mais dans ce cas, vous feriez mieux de prendre vos distances avec qui vous savez car ses sentiments ne dates pas d'aujourd'hui.
Mac : Sid ! Je vous en pris, dites moi ce qu'elle vous a dit !
Sid : Mac ! Je ne peux pas. En vous faisant ces révélation, j'ai déjà largement trahit sa confiance. Mais je ne pouvais pas ne pas vous avertir. Elle n'a rien à faire à votre mariage. C'est comme déballer une barre chocolaté devant un bambin et la manger devant lui sans le moindre scrupule.
Mac : Je comprends votre métaphore. Bien que ça me peine, je m'arrangerais pour que Jo soit d'astreinte ce jour là. Elle ne sera pas présente à ce mariage.
Sid : Personne ne vous en voudra.
Mac : Je sais.
Sid : Mac ! Ça ne me regarde pas, mais : Jo et vous, vous pourriez l'envisager ?
Mac : Je vous avoue que je ne sais pas trop quoi dire. Tout ce que je peux vous dire c'est que ce que vous me dites ne me laisse pas indifférent. Depuis que Jo a intégré l'équipe, elle a prit une place importante dans ma vie. Elle a toujours été là pour moi et elle me connaît mieux que qui conque.
Sid : Sauf votre respect, je trouve Christine très sympathique et je ne remets pas en question ce que vous ressentez pour elle, mais si vous vous trompiez !? Si en réalité la femme de votre vie était celle à qui l'ont pense tous les deux ?
Mac : Je ne sais pas Sid et je me refuse de me poser ce genre de question. Je vais épouser Christine. Je lui ai demandé sa main et je n'ai pas le droit de faire marche arrière.
Sid : Sauf que vous nous avez avoué que vous lui aviez fait votre demande sur un coup de tête car vous aviez été touché par une affaire. Vous jugez la vie trop courte ! Mais je crois que ce n'est pas une bonne solution d'épouser une femme si votre cœur palpite pour une autre. Votre mariage ne fera qu'en pâtir, tôt ou tard.
Mac : Je n'ai jamais dit ça moi ! Vous essayez de m'influencer ?
Sid : Non, mais peut-être de vous ouvrir un peu les yeux. J'ai beaucoup d'estime pour vous deux et j'aimerais juste vous mettre sur la bonne voie. Je voudrais vous évitez que ça finisse mal. J'ai recommandé à Jo de vous parler, mais elle ne veut pas mettre la pagaille dans votre vie, ce qui est tout à son honneur.
Mac : Elle m'oubliera.
Sid : Peut-être, mais quand elle aura quitté notre unité.
Mac : C'est ce qu'elle vous a dit.
Sid : Peut importe ce qu'elle m'a dit Mac. Je vous demande de réfléchir. Si elle vous serais indifférente, vous ne voudriez pas absolument savoir ce qu'elle m'a dit.
Mac : C'est un peu flou dans ma tête mais je vous promets d'y réfléchir.
Sid : Merci Mac ! Elle le mérite vraiment.
Mac : Je le sais.


Mac pose sa main sur l'épaule de Sid.


Mac : Merci de m'avoir ouvert les yeux, je n'oublierais pas.
Sid : Mac ! Elle ne doit jamais savoir. Elle m'en voudrait. Je me déteste pour ce que je viens de faire, mais je ne pouvais pas vous laissez dans l'ignorance.
Mac : Vous pouvez me faire confiance.
Sid : Merci !


Mac sort de la morgue très perturbé par les révélations de Sid. Il s'assoit sur une marche d'escalier et verse quelques larmes.


Les jours qui suivent, Mac n'arrête pas de penser à Jo. Il ressent beaucoup de peine à l'idée qu'elle soit malheureuse à cause de lui. Il n'est pas dupe, il est conscient dans le fond qu'une partie de son cœur appartient à Jo et ce depuis bien longtemps mais il est perdu. Il ne sait pas vraiment si il est prêt à rompre avec Christine et il ne sait pas si il est prêt à ouvrir totalement son cœur à une collègue de travail. Mac se souvient avoir été très marqué par sa rupture d'avec Peyton, une ex-collègue. Une histoire pour laquelle il avait fondé beaucoup d'espoir même si il reconnaît qu'il n'était pas encore totalement amoureux de la jeune femme.


Les nuits sont dur pour Mac, il n'arrive plus vraiment à satisfaire la belle Christine. Il se dit fatigué. En réalité, c'est toujours ce même sourire qu'il voit la nuit avant de s'endormir.


Une semaine plus tard, il est avec Christine qui lui parle de la décoration de la salle.


Christine : Tu m'écoutes Mac.
Mac : Oui oui !
Christine : Non, tu ne m'écoutes pas.
Mac : Mais si !
Christine : Tu es préoccupée.
Mac : C'est le boulot.
Christine : Ah ! Tu peux m'en parler ou c'est trop personnelle.
Mac : C'est une collègue, elle vit un moment difficile. Une déception amoureuse.
Christine : Ah ! Compliqué ça. Je la connais ?
Mac : Non, je ne crois pas.
Christine : Tu sais, c'est comme tout. J'ai eu mon lot de déception amoureuse et je peux te dire qu'elle s'en remettra. Même si c'est dur, elle s'en remettra.
Mac : J'espère pour elle. Je ne voudrais pas que ça nuise à son travail.
Christine : Je comprends. Il faut toujours que tu t'inquiètes pour les autres. Pense à toi un peu.
Mac : Oui, tu as raison ! C'est ce que j'essaie de faire justement.


Mac passe une bonne partie de la nuit à réfléchir jusqu'à ce que Jo hante à nouveau ses rêves. Toujours se même rêve où Jo fait irruption à son mariage pour tenter d'y mettre fin.


Les jours qui suivent deviennent de plus en plus compliqués pour Mac. Il croise Jo tous les jours et se sent coupable de connaître son lourd secret et surtout d'être responsable de son mal être. Le soir, ils laissent quelques larmes s'échapper. Il se rend compte qu'en réalité il ressent la souffrance de Jo et qu'il est sans doute en train de souffrir à son tour.


Jo entre dans le bureau et parle à Mac qui ne l'écoute pas vraiment. Il la regarde parler et se demande comment Jo réagirait si il l'embrassait là maintenant.


Jo : Mac ! Vous ne m'écoutez pas là !
Mac : Quoi ! Ben si !
Jo : Vous semblez ailleurs !
Mac : Non ! Je suis là avec vous.
Jo : Après vous êtes en plein préparatif de mariage. Je peux comprendre.
Mac : Ne parlons pas de ça. Vous voulez bien.
Jo : Il y a quelque chose qui ne va pas ?
Mac : Non, mais tout ça c'est ma vie privé et on a pas à en parler durant le travail.
Jo : Ah ben d'accord ! Excusez-moi Mac ! Je vous savais réservé, mais pas aussi fermé.
Mac : Avec Christine, on a pas trop le temps d'organiser ça en fait et on a décidé de faire ça en toute intimité à la mairie.
Jo : Il n'y aura pas de bénédiction ?
Mac : Non, on n'a pas besoin de ça !
Jo : Donc vous n'invitez personne si je comprends bien.
Mac : Juste les témoins.
Jo : D'accord ! Très bien.
Mac : J'espère que ça ne vous blesse pas.
Jo : Pas du tout Mac ! C'est votre choix.


Jo sort du bureau heureuse de ne pas avoir à vivre cette épreuve. Elle reste peiné par l'union futur de Mac, mais reste soulagée. A ce moment là, Mac sait que Jo occupe constamment ses esprits. Il se fait une raison et se rend bien compte qu'il est entièrement dévoué à Jo. Il est conscient que quelqu'un va souffrir dans l'histoire, que c'est la fatalité et que malheureusement il n'y peu rien. Alors, il prend la décision d'écouter son cœur.


Le soir, Mac retrouve Christine au restaurant alors qu'elle est en train de préparer la fermeture. Il rentre dans la cuisine et cherche ses mots. Il ne sait pas par où commencer mais il doit se libérer de cette situation qui lui devient étouffante.


Christine : Mac ! Ça n'a pas l'air d'aller.
Mac : Non Christine c'est vrai ! Je ne sais plus trop ou je vais. Je suis perdu depuis plusieurs jours.
Christine : Ben ça vois-tu, je l'avais remarqué ! On n'a rien fait sexuellement depuis plus d'une semaine. C'est pas que je suis dépendante, mais plus d'une semaine c'est long quand même !
Mac : Désolé !
Christine : Qu'est-ce-qui se passe Mac ?
Mac : Christine ! Je préfère être honnête avec toi. Je ne sais plus si je suis prêt à me marier. Je me déteste de te dire ça mais je crois que j'ai fait une erreur grossière en te faisant cette demande. Je suis peut être maladroit dans mes mots, mais je ne sais pas trop quoi dire !
Christine : La date approche ! Tu as sans doute un coup de pression.
Mac : C'est prévu que dans cinq mois. Un peu tôt pour un coup de pression non ? En réalité, c'est plus compliqué que ça.
Christine : J'ai droit à une explication quand même !
Mac : Oui, bien sûr ! Tu sais la collègue qui a une déception amoureuse dont je t'ai parlé !
Christine : Oui ! Mais quel est le rapport avec nous ? Tu as peur de vivre ce qu'elle vit ?
Mac : Non, pas vraiment. Mais je sais que ce qu'elle vit c'est à cause de moi.
Christine : Quoi ? Mais comment ça ? Elle t'a dit quelque chose ?
Mac : Non, pas vraiment. En réalité elle s'est confiée à un collègue et il m'a à demi-mot rapporté ses propos. Ce mariage lui fait de la peine car visiblement elle ressent plus que de l'amitié à mon égard.
Christine : En effet, ça doit être dur pour toi. Mais tu ne vas pas sacrifier notre mariage parce que ça peine quelqu'un. C'est triste pour elle, mais pense à toi un peu.
Mac : C'est dur ce que je vais te dire Christine mais le problème est là. Quelqu'un dans l'histoire va souffrir alors tout bien réfléchie et c'est peut-être égoïste, mais je devrais peut-être me concentrer sur ce que je veux moi.
Christine : Absolument.
Mac : Ce qu'elle ressent pour moi, je l'ai longtemps ressenti pour elle avant de te connaître.


Christine le regarde fixement complètement perdu par ce qu'elle vient d'entendre.


Christine : Ah ! Ben effectivement ça doit être compliqué. Tu me dis ça parce que tu as de la peine pour elle ou parce que tu ressens encore quelque chose pour elle.
Mac : Ben...
Christine : Je te demande d'être sincère.
Mac : En fait je crois que c'est les deux.
Christine : Je vois ! En fait ce que tu essaies de me dire, c'est que tu m'aimes, mais pas assez pour ignorez ce qu'elle ressent pour toi.
Mac : Tu as bien résumé la situation. J'en suis désolé Christine.
Christine : Cette histoire c'était trop beau pour être vrai de toute façon.
Mac : Je n'ai pas dit que nous deux c'était fini.
Christine : A demi mot Mac ! C'est ce qui va se passer de toute façon parce que maintenant il est hors de question que je me marie avec toi. Je ne vais pas passer mon temps à me demander si tu penses à moi ou à elle.
Mac : Je comprends.
Christine : Quand tu seras sûr de ne plus rien ressentir pour elle alors on pourra envisager à nouveau de se marier mais pour l'instant il est préférable de remettre ce projet à plus tard ou de l'annuler.
Mac : Je ne ferme pas la porte Christine mais j'ai besoin de réfléchir. Je ne voudrais pas un jour te faire du mal.
Christine : Mais c'est déjà fait Mac ! C'est trop tard. Tu ne peux pas m'annoncer une chose pareil sans que ce soit le cas.
Mac : Je sais et j'en suis désolé !
Christine : C'est elle qui occupe ton esprit depuis plusieurs semaines. N'est-ce-pas ?
Mac : Je n'arrive pas à oublier cette conversation avec mon collègue et je la vois tous les jours. Pas facile !
Christine : Et quand tu es avec elle, tu penses à nous, à notre mariage ?
Mac : Ne complique pas les choses Christine. Tu sais que c'est une question embarrassante.
Christine : Mac ! Si tu arrives à m'oublier quand tu es avec elle et que tu penses à elle quand tu es avec moi, alors tu as la réponse à ta question. C'est elle que tu aimes Mac. C'est avec elle que tu veux être.


Une larme s'échappe de l'oeil de Mac.


Mac : Christine, je suis désolé ! Si tu savais à quel point.
Christine : C'est la vie qui est vache Mac. Ça aurait été plus dur que tu me trompes avec elle. Je suis triste Mac, mais j'admire le fait que tu sois venu me parler de tes doutes avant le mariage.
Mac : Tu mérites d'être heureuse et aujourd'hui je te blesse. Je blesse les femmes autour de moi. Je suis ignoble.
Christine : Non, tu es un homme gentil, généreux et charmant. Je la comprends cette femme moi.
Mac : Tu ne m'en veux pas alors ?
Christine : Non, je suis triste, mais je ne t'en veux pas.
Mac : J'espère que tu te trouveras quelqu'un de bien.
Christine : Tu sais, ce n'est pas ma priorité.
Mac : Je me sens coupable.
Christine : Il ne faut pas. Cette femme ! C'est Jo Danville. N'est-ce-pas ?
Mac : Comment tu l'as deviné ?
Christine : Le feeling ! J'ai toujours remarqué qu'elle te portait un intérêt particulier. Mais alors si c'est elle, je comprends sa peine. Le jour où tu t'aies fait tirer dessus, j'ai vu la peine d'une femme amoureuse et pas d'une amie. Puis en toute honnêteté, même si je t'aime sincèrement, je doute que mes sentiments soient à la hauteur des siens. Je l'ai vite remarqué, elle n'a d'yeux que pour toi.
Mac : Je ne sais pas ce qui va se passer après, mais je voulais être sincère.
Christine : Ce n'est pas à moi de te dire ce que tu dois faire Mac. Ne m'en demande pas trop non plus !
Mac : Je sais. Allez j'y vais.
Christine : Je passerais demain prendre mes affaires. Je vais dormir là haut ce soir.
Mac : D'accord.


Quelques jours plus tard, Jo passe dans le bureau.


Jo : J'ai des aveux complet Mac !
Mac : Bon boulot ! (Souriant)
Jo : Merci !


Mac regarde Jo en souriant.


Jo : Euh... Qu'est-ce-qui se passe ? (gênée)
Mac : J'aimerais bien vous inviter à dîner en fait.
Jo : Ah bon ! Mais pourquoi ?
Mac : Parce que fût un temps, on le faisait souvent et il y a longtemps que nous n'avons pas dîner ensemble.
Jo : Bon ben écoutez ! Pourquoi pas ?
Mac : Demain soir, ça vous va ?
Jo : Demain c'est samedi ! Pourquoi pas ! Christine sera là ?
Mac : Non, elle ne sera pas là. Elle travaille ! Pourquoi ? Ça vous dérange qu'elle ne soit pas là ?
Jo : Non, mais c'est pour savoir si je dois apporter quelque chose.
Mac : N'apporter rien. On va parler boulot de toute façon.
Jo : Je vois !


Le lendemain soir, Jo frappe à la porte. Mac ouvre.


Mac : Bonjour !
Jo : Bonsoir ! (souriant)
Mac : Ben entrez !
Jo : Merci


Jo entre un peu mal à l'aise, mais heureuse de dîner en tête à tête avec Mac même si elle sait que c'est en toute amitié.


Jo : J'ai tout de même apporté une bonne bouteille !
Mac : Je vous avais dit de ne rien rapporter !
Jo : Oui, mais vous savez très bien que je n'en fais qu'à ma tête !
Mac : Oh ça oui ! (riant)
Jo : On peut l'ouvrir si vous voulez ! C'est un très bon champagne !
Mac : Avec plaisir !


Mac serre les coupes.


Mac : On trinque à quoi ?
Jo : Je ne sais pas moi ! A nous.
Mac : A notre belle amitié.
Jo : A notre belle amitié.
Mac : Puis-ce telle évoluer vers de beaux horizons.


Jo ne comprends pas trop les paroles de Mac mais trinque avec lui.


A suivre  
_________________
Revenir en haut
cricri54
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2015
Messages: 279
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 03:21 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Sid a bien fait de parler à Mac et même si quelque part il trahit un peu la confiance de Jo son but est noble. Il a bien perçu aussi qu'il se lance dans ce mariage sûrement sans grande conviction puisqu'il a fait sa demande sur un coup de tête.
Cette confidence a forcément perturbé Mac et je dirais même lui a carrément ouvert les yeux. Pas facile pour lui d'avouer à Christine tout ce qu'il lui a dit mais sa sincérité vaut mieux qu'une relation qui risque d'être vouée à l'échec.
Que va t'il dire à Jo pendant ce diner...hâte de le découvrir. Very Happy
_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 14:01 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Franchement je me demande si dans la série Sid n'aurait pas pu agir ainsi. Le personnage était réservé mais dévoué. Je pense qu'il aurait vraiment pu voler au secours de Mac pour lui évité une éventuel erreur. 
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 17:09 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Cette première partie est déjà riche en rebondissements, j'ignore quelle sera la réaction de Jo si elle comprend que Sid a rectifié l'erreur d'aiguillage sur laquelle Mac était engagé mais on ne peut pas le blâmer d'avoir suivi son instinct dans de pareilles circonstances. Parce que s'il n'a pas été fidèle à sa promesse, c'est pour encore mieux jouer son rôle d'ami auprès de deux personnes qui lui sont chères. Un cas de conscience bien plus lourd se serait posé à lui sans son intervention, cela voulait dire accepter l'idée que Jo en vienne à démissionner par déception amoureuse tout en sachant pertinemment que Mac avançait tête baissée vers un mariage pour lequel il ne témoigne pas le moindre enthousiasme. 
Aurelle-sims a écrit:
Franchement je me demande si dans la série Sid n'aurait pas pu agir ainsi. Le personnage était réservé mais dévoué. Je pense qu'il aurait vraiment pu voler au secours de Mac pour lui évité une éventuel erreur.
 

Oui, c'est à l'image de Sid dans la série qui agit dans l'ombre pour le bien des autres.
_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 20:50 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Deuxième partie.


Mac a invité Jo à dîner. Il lui a laissé penser que c'était pour parler boulot, mais tout laisse à croire que Mac a une idée derrière la tête.


Pendant l'apéritif.


Mac : Au fait ! Vous n'avez toujours pas posé vos congés !
Jo : C'est pour ça que vous m'avez invité ? Pour me rappeler de poser mes congés d'été !
Mac : Non, pas tout à fait, mais puisque j'y pense !


Ils rigolent tous les deux.


Mac : J'ai de la chance d'avoir une coéquipière comme vous.
Jo : C'est vrai que vous en avez de la chance !
Mac : Même pas un «J'ai de la chance d'avoir un coéquipier comme vous ».
Jo : Vous rigolez ! Quel galère !


Jo regarde Mac et éclate de rire. Mac rit avec elle.


Jo : Toute plaisanterie mise à part, c'est un plaisir de bosser avec vous.
Mac : Je préfère ça ! Vous partez en vacances cette année ?
Jo : Je ne sais pas ! J'irais sûrement rendre visite à ma famille dans l'Alabama comme chaque année. Mais pas de projet concret. J'aimerais bien aller en Europe cette année ou l'an prochain mais il faut que je me décide.
Mac : Dans quel coin précisément ?
Jo : Je ne sais pas trop. Je serais bien tenté par la France, Paris c'est magnifique. L'Italie à son charme aussi ou pourquoi l'Espagne.
Mac : Ce sont de beaux projets. Vous êtes déjà aller à Paris ?
Jo : Oui, mais il y a longtemps.
Mac : D'accord.
Jo : Et vous alors ? Vous allez sans doute partir en lune de miel ?
Mac : Je sais pas. En fait c'est compliqué.
Jo : A bon !?
Mac : Oui ! A vrai dire, ce n'est pas trop un sujet que je souhaite aborder ce soir.
Jo : Ah excusez-moi.
Mac : Non ! Ne vous excusez pas.
Jo : ça va s'arranger !
Mac : Mais oui !


Jo soupçonne que Mac et Christine ont eu un léger différent mais est encore loin de se douter de la situation réelle et des intentions de Mac. Jo parlent de tout et de rien puis passe à table.


Jo : C'est vous qui avez cuisiné ?
Mac : Oui !
Jo : Mais c'est délicieux !
Mac : Merci !
Jo : Vous êtes bon à marier ! Je comprends mieux Christine maintenant.
Mac : Ah bon ? Pourquoi ? Vous ne comprenez pas ce qu'une femme peut faire avec un type comme moi ?
Jo : Ben ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. (Gêné)
Mac : J'espère ! Puis je suis sûr que vous êtes bonne à marier vous aussi !
Jo : Oh là là ! Mon dieu ! Les hommes me fuit comme la peste ou il ne me voit pas ! A croire que je suis transparente.
Mac : C'est la sensation que vous avez ?
Jo : Oui, parfois ! J'ai l'impression qu'on ne me voit pas.
Mac : Pourtant vous êtes remarquable, je vous assure.
Jo : Merci c'est gentil ! (souriant)
Mac : C'est sincère Jo !
Jo : Je n'en doute pas.
Mac : Puis des fois c'est une sensation qu'on a mais qui n'est pas fondé.
Jo : Comment ça ?
Mac : Parfois on croit que les gens qui nous entoure ne nous voit pas alors qu'en réalité ils nous apprécient plus que tout.
Jo : Peut-être. Je ne sais pas trop. On en parlera dans vingt ans quand je finirais vieille fille.


Ils rigolent


Mac : N'importe quoi Jo ! Mon petit doigt me dit que vous allez bientôt trouver quelqu'un. Vous savez, parfois la personne de votre vie est peut-être plus près que vous le croyez !
Jo : Vous savez, sans vous donner de détail, j'ai eu une très grosse déception amoureuse et je ne suis peut être pas encore guérit. Il ne s'est rien passé avec cet homme si vous voulez mais je l'espérais vraiment. Entre lui et moi ça ne s'est jamais fait et j'en suis encore terriblement peiné. Donc si vous avez une idée derrière la tête, un ami à me présenter, ce n'est vraiment pas la peine Mac ! Ça ne pourrait pas marcher. L'homme dont je viens de vous parler est toujours présent dans mon cœur et mon esprit.


Les déclarations de Jo attriste Mac.


Mac : Cet homme n'est qu'un idiot ! Comment peut on ignorer une femme comme vous.
Jo : Ne dites pas que c'est un idiot Mac ! C'est un homme brillant et d'une grande générosité. Ne le jugez pas ! Puis je ne peux pas accepter qu'on dise ça de lui, pas tant que j'ai encore des sentiments pour lui.
Mac : Excusez-moi ! Je voulais me montrer compatissant.
Jo : Ne le faites surtout pas.
Mac : C'est un homme que je connais ?
Jo : Je ne vous en dirais pas plus sur lui.
Mac : Pourquoi vous pensez que c'est perdu avec lui ? Pourquoi vous avouer vaincu ?
Jo : Parce qu'aujourd'hui il est heureux avec une autre. Voilà tout. C'est dur parce que ça fait des années que j'éprouve quelque chose pour lui mais avec le temps, ça passera.
Mac : Je l'espère pour vous. Vous méritez d'être heureuse.
Jo : On va parler d'autre chose parce que je suis très émotive dans le fond et je ne voudrais pas inonder mon repas.


Ils rigolent.


Jo : En tout cas c'est la première fois je crois que je me confie à vous comme ça.
Mac : J'espère que ça vous a fait du bien.
Jo : Je pense que vous étiez la meilleure personne à qui je pouvais me confier.
Mac : ça me touche.


Mac se doute bien à ce moment là que Jo parlait de lui mais il n'arrivait pas à trouver les mots. Il sait très bien que si il lui rapporte qu'il se doute que l'homme en question c'est lui, Jo se douterait facilement que Sid a mit son grain de sel. Mac ne veut surtout pas trahir un ami qui se sent déjà assez coupable d'avoir parlé.


Mac et Jo mangent tout en continuant à discuter.


A la fin du repas, Jo se lève et aide Mac à débarrasser.


Mac : Restez assise, vous êtes mon invité.
Jo : Je peux aider aussi ! Ça ne mange pas de pain !
Mac : Si vous voulez.


Jo passe devant la terrasse.


Jo : Vous avez une vu magnifique.
Mac : Oui, c'est beau !
Jo : ça fait longtemps que vous vivez ici.
Mac : Je me suis installé en 2002 quelques mois après le décès de ma femme. Pour moi ça devenait trop dur de vivre dans le logement où nous avions partager tant de choses.
Jo : Je comprends.
Mac : J'aime bien ce logement.
Jo : C'est vrai qu'il est bien. Il est spacieux, lumineux ! C'est un appartement où on doit se sentir bien.
Mac : On passe au dessert !
Jo : Volontiers !


Mac sort un très bon gâteau du frigo.


Jo : Vous connaissez mes goûts on dirait !
Mac : Plus de trois ans qu'on est ensemble Jo ! Enfin qu'on travail ensemble, qu'on se connaît quoi !
Jo : Oui, c'est vrai !


Mac sert une part de gâteau à Jo.


Jo : Hum il est délicieux.
Mac : Oui, il est bon.
Jo : J'adore !
Mac : Un petit café pour accompagner ?
Jo : Avec plaisir.


Jo profite d'un café avant que la soirée ne prenne fin.


Mac : Vous savez Jo ! Des fois dans la vie, on prend un chemin parce qu'on croit qu'il n'y a pas d'autre issus possible. On fait des erreurs, c'est comme ça !
Jo : Vous avez raison. Mais je ne comprends pas pourquoi vous me dites ça !
Mac : Parce que j'ai besoin de me confier à quelqu'un mois aussi.
Jo : Vous voulez vous confier à moi ? Je ne sais pas si je serais de bons conseils !
Mac : Je suis sûr que si !
Jo : Bon ! Ben je vous écoute.
Mac : Je pense que le mariage avec Christine est une voie sans issus.
Jo : Comment ça ? J'ai peur de mal comprendre. Vous ne voulez plus vous marier ?
Mac : Christine est adorable et je l'aime beaucoup, mais je ne sais pas si à la longue ce n'est pas un choix que je regretterais.
Jo : Pourquoi est-ce-que vous l'avez demandé en mariage alors ?
Mac : Je ne sais pas trop ! Ce jour là, je me suis dit que la vie était courte et qu'il était temps que je saute le pas. Maintenant je ne sais plus. Je crois que ma vie n'est pas avec elle. C'est pas la vie qui m'inspire.
Jo : Ouah ! Ben écoutez, vous m'en voyez désolé !
Mac : Faut pas. C'est ignoble je sais, mais c'est comme ça !
Jo : Mais vous lui en avez parler ?
Mac : Oui, on a rompu la semaine dernière.
Jo : Mince ! Je ne sais pas quoi dire.
Mac : Ne dites rien !
Jo : Christine doit être terriblement malheureuse.
Mac : Elle l'a plutôt bien prit. Mais elle était peiné, je ne vous le cache pas.
Jo : Mais pourquoi ce soudain retournement de situation.
Mac : Je vous l'ai dit, je me sens pas sur le bon chemin.
Jo : Et il est où le bon chemin ?
Mac : Je ne sais pas ! A vous de me le dire.
Jo : Mac ! Ce n'est pas à moi de vous dire ce que vous devez faire !
Mac : Vous avez raison ! Je dois être un peu lâche quand même !
Jo : Mais non ! Ne dites pas ça !
Mac : Je suis ignoble. Je provoque de la peine autour de moi et j'ai l'impression d'avoir triché avec Christine.
Jo : Vous ne l'aimiez pas ?
Mac : Pas au point de l'épouser. J'ai fait l'idiot en la demandant en mariage.
Jo : Au moins vous avez le mérite de lui avoir dit avant le mariage.
Mac : Oui ! Tout à fait.
Jo : Vous allez faire quoi maintenant ?
Mac : Je sais quel chemin je dois prendre, mais il y a encore beaucoup d'embouteillage.
Jo : Regardez bien autour de vous, je suis sûr qu'il y a des voies rapides. Il faut juste être attentif et bien sûr éprouver quelque chose.
Mac : Vous pensez donc qu'une autre femme m'attend quelque part ?
Jo : Sans doute. Mais vous devez l'aimer cette fois. On ne s'engage pas avec une femme si on est pas totalement sûr de l'aimer.
Mac : Merci pour ce précieux conseil.
Jo : Bon courage pour la suite.
Mac : Merci ! Allez on fini la bouteille.
Jo : Oui, après, je rentre.
Mac : D'accord.


Mac hurle dans sa tête car les mots ne sortent pas. Il a tellement envie de dire à Jo qu'il envisage son avenir avec elle, mais n'arrive pas à le lui dire. Il reste tétanisé à chaque mot qu'il essaie de sortir ce qui le met dans une profonde panique. Jo se rend compte qu'elle vient peut-être de perdre sa chance en orientant Mac vers une autre direction.


Mac et Jo partagent une dernière coupe de champagne.


Jo : Bon aller il est tard maintenant. J'y vais.
Mac : D'accord ! Merci d'être venue.
Jo : Merci de m'avoir invité !
Mac : Faudrait qu'on fasse ça plus souvent.
Jo : La prochaine fois, c'est moi qui vous invite.
Mac : D'accord.


Mac pense à ce moment là, qu'il ne peut pas la laisser partir comme ça et qu'il doit respecter la vraie raison pour laquelle il l'a invité.


Mac : Dite moi Jo ! Vous êtes vraiment pressée  ou vous auriez éventuellement encore un peu de temps à m'accorder ? J'avoue qu'il y a des sujets que j'aurai voulu aborder avec vous ce soir et dont on n a pas vraiment eu l'occasion de parler.


Jo regarde sa montre.


Jo : C'est vrai qu'il est vingt-deux heure quarante-cinq. J'ai encore un peu de temps si vous le souhaitez. Je ne voulais pas vous déranger. Je pense que vous vous coucher tôt le soir !
Mac : Mais qu'est-ce-que c'est que ces préjugés là !? (amusé)
Jo : Ben je ne sais pas !
Mac : Alors ! Vous restez un peu ?
Jo : D'accord !
Mac : En réalité, depuis bien longtemps, j'aimerais vous offrir quelque chose, mais je n'ai jamais eu l'occasion.
Jo : Ah bon ! Mais ce n'est pas mon anniversaire !
Mac : Est-ce-qu'on a vraiment besoin de ce genre d'occasion pour faire une surprise à une personne qu'on apprécie.
Jo : Non, vous avez raison.
Mac : Bon ben alors ! (souriant)
Jo : Parce que vous m'appréciez ?
Mac : Autant que vous m'appréciez !
Jo : ça ça m'étonnerais mon cher, vous ne savez pas tout. Vous ne savez pas à quel point je vous apprécie. Puis je vous déteste peut être qui sait ! (riant)
Mac : J'aimerais peut-être bien en savoir plus.
Jo : Ben....


Jo est surprise car c'est bien la première fois que Mac entre dans son jeu. Elle le regarde en souriant tout en rougissant légèrement.


Jo : Bon ben qu'est-ce-que c'est que cette surprise ?
Mac : Ben vous allez voir !
Jo : Ce n'est pas vivant au moins !


Mac sourit malicieusement.


Mac : Qui sait !
Jo : Qu'est-ce-que vous allez me sortir de votre boîte.
Mac : Ce n'est pas dans une boîte. C'est pour ça que j'aimerais, si vous acceptez, vous recouvrir les yeux pour préserver l'effet de surprise.
Jo : D'accord, je veux bien jouer le jeu. J'avoue que ça m'amuse.
Mac : C'est le but.


Mac prend son écharpe et bande les yeux de Jo. Celle-ci se sent hypnotisé par l'odeur de l'after-shave de Mac imprégné dans cette écharpe.


Mac : Je vais vous diriger et vous marcherez devant vous. Je vais vous tenir pour éviter les obstacles. Vous me faite confiance ?
Jo : Oui, bien sûr ! Vous êtes bien mystérieux. Je vous imaginais pas comme ça.
Mac : ça vous déplais ?
Jo : Absolument pas.


Mac dirige Jo et ouvre discrètement une porte.


Mac : Voilà, c'est ici.
Jo : Déjà, nous avons changé de pièce. Je sens un écart de température, je dirais un à deux degrés de moins.
Mac : J'adore votre perspicacité. On sent le brillant détective.
Jo : Et maintenant ?
Mac : Pour commencer, sachez que c'est une surprise un peu atypique. J'ai beaucoup de respect pour vous Jo, mais j'ai envie de vous surprendre ce soir. Néanmoins, j'avoue j'ai un peu peur de me tromper.
Jo : Me surprendre ! Vous allez m'offrir une nouvelle voiture ! Vous savez je demande depuis des mois qu'on me change ma voiture qui commence à souffrir ! (riant)
Mac : Hum je ne sais pas !
Jo : Si ça se trouve c'est ça ! Sinon pourquoi tant de mystère ?! Il y a un tableau devant moi avec une belle voiture de fonction. J'ai compris votre petit jeu !
Mac : Sachez que si vous n'appréciez pas cette surprise vous pouvez la refuser et je ne le prendrais pas mal du tout. Mais surtout si vous n'en voulez pas, vous devez impérativement refuser.
Jo : On ne refuse pas un cadeau !


Mac se rapproche de Jo.


Mac : Je vous assure que celui-ci vous devrez le refuser si ça ne vous plais pas. (en lui murmurant à l'oreille)


Mac fait une bise sur le haut de sa joue, ce qui l'a fait sourire. Puis il lui fait une deuxième bise un peu plus bas. Jo commence à être troublé et se demande où Mac veut en venir. Pour finir, il termine sa route en posant ses lèvres sur celle de Jo. Celle-ci sursaute, très surprise par la situation, aussi agréable soit-t-elle.
Mac qui est très nerveux, sent que Jo se prête au jeu et se permet de l'embrasser plus langoureusement. Ce baiser devient passionné ce qui commence à soulager Mac qui à le sentiment que sa démarche lui plaît. Il finit par séparer ses lèvres de celles de Jo.


Mac : Je vous ai fait peur on dirait.
Jo : Non, mais ça m'a surprise. Agréablement je dirais, mais ça m'a surprise quand même !


Mac passe ses mains derrière la tête de Jo et commence à détacher l'écharpe.


Mac : J'ai besoin de voir les expressions de votre visage maintenant. Les expressions du visage ne trompe pas. Elle peuvent même parler à notre place.


Mac la regarde et lui sourit. Jo se sent tétaniser, même si elle trouve la situation confortable. Il finit par se rapprocher en vu d'un second baiser.


Jo : Qu'est-ce-qui se passe ? Je suis perdu. Mais on est dans votre chambre ?
Mac : Oui !
Jo : Vous avez une idée derrière la tête ?
Mac : Je ne vous le cache pas.
Jo : Mais Mac....


Mac pose son index sur les lèvres de Jo.


Mac : Chut ! Ne dites rien. Profitons de ce délicieux moment. Sauf si bien sûr vous souhaitez que je m'arrête là, ce qui bien évidemment est votre droit. Vous voulez que j'arrête de vous embêter.
Jo : Mais vous ne m'embêtez pas ! (souriant)
Mac : Je vois les expressions de votre visage maintenant et j'ai l'impression que ça vous enchante.
Jo : Oui (souriant) J'ai la sensation que vous me désirez et c'est tellement agréable de se sentir désirée !
Mac : C'est tout à fait ça ! J'ai beaucoup de désir pour vous.
Jo : C'est réciproque.
Mac : Si vous sentez que je vais trop loin, surtout n'hésitez pas à mettre un termes à tout ça !
Jo : D'accord !


Mac prend Jo dans ses bras et l'embrasse à nouveau. Celle-ci commence à se détendre et passe ses bras autour du cou de Mac qui laisse place à un délicieux câlin.
Il caresse son dos et finit par soulever son petit pull puis son tee-shirt qu'il lui enlève avec un tendre sourire. Elle répond à son sourire et se lance à son tour en lui offrant un délicieux baiser. Mac continue à lui caresser le dos et ne la quitte pas des yeux. Avec son index, il part du haut de sa poitrine en lui frôlant la peau et descend jusqu'au niveau de sa ceinture, ce qui émoustille Jo. Il déboutonne son pantalon en lui lançant un regard malicieux. Elle se rend compte à ce moment là que si elle ne met pas un terme à la situation, elle va atteindre un point de non retour avec son patron. Elle sait que c'est dangereux mais le désir prend le dessus.


Mac la regarde dans le yeux, lui sourit et lui prend la main.


Mac : Je vous invite dans mon lit. J'ai envie de passer un délicieux moment avec vous.


Jo soupire.


Mac : Vous n'avez pas envie ?
Jo : Tellement ! Je suis dans un rêve.
Mac : Non ! Venez, ne vous posez pas de question.


Jo se sépare de ses escarpins, Mac lui prend la main et l'entraîne vers le lit. Elle s'assoit sur le lit en souriant. Il la regarde et commence à déboutonner sa chemise. Une fois les boutons défais, Jo enlève la chemise de Mac. Il regarde Jo et lui descend son pantalon.
Il admire sa divine collègue en sous-vêtements. Il avait dans son esprit l'impression de voir un véritable chef-d'oeuvre. A ce moment là, il s'en veut terriblement de ne rien avoir tenté plus tôt.


Jo sourit et embrasse Mac passionnément. Les deux amis échangent un long moment d'affection avant de passer au choses sérieuses. Il finit par ouvrir le tiroir de sa table de nuit.


Jo : Qu'est-ce-que vous faites ?
Mac : Je suis prudent Jo !
Jo : Si c'est pour la contraception, il y a aucun soucis Mac. Pour le reste, vous pouvez avoir confiance en moi.
Mac : Vous ne voulez pas qu'on mette de préservatif ?
Jo : Avec d'autres hommes j'en aurais mit sans hésiter mais avec vous je ne préfère pas.


Mac regarde Jo très ému.


Mac : Vous me faites confiance ?
Jo : Oui !
Mac : J'ai confiance aussi.
Jo : On n'a pas besoin de ça.
Mac : Vous avez raison.


Ils reprennent là où ils s'étaient arrêté, toujours avec ce même désir l'un pour l'autre.
Mac est nerveux mais ils finissent par unifier leur corps. La tentation devenu tellement forte, ils entrent dans un petit paradis de bonheur.


Après un délicieux moment, Mac et Jo se reposent tout en se regardant, l'un comme l'autre avec des yeux brillants.


Mac : Tu as passé un bon moment j'espère ?
Jo : En effet, plutôt atypique cette surprise, mais très agréable. J'ai passé un très bon moment.
Mac : Oui, c'est vrai. Je suis contente que tu ais apprécié.
Jo : Mais on se tutoies ?
Mac : Je crois que je ne pourrais plus jamais m'adresser à toi en te vouvoyant. Pas après ce qu'on vient de vivre.
Jo : C'est vrai ! Tu as raison. Moi aussi j'aurais du mal.
Mac : J'étais nerveux, mais j'ai réussi ! (souriant) J'avais tellement peur que tu me repousses.
Jo : Disons que ma raison voulait que je te repousse mais le désir l'a emporté.
Mac : Jo ! Je vais être honnête avec toi. Ça faisait longtemps que j'avais envie de passer un moment comme ça avec toi.
Jo : C'est vrai ?
Mac : Oui ! Je te promets.


Mac regarde Jo en souriant.


Mac : Puis permets-moi de te dire que tu es magnifique. Tu es très belle et attirante.
Jo : Merci ! Ça me touche. Tu te défends bien aussi dans cette catégorie ! (souriant)
Mac : Il paraît ! (riant)
Jo : Je pense qu'il faut qu'on parle maintenant.
Mac : Qu'on parle de ce qu'on vient de faire ?
Jo : Ben oui ! Je ne vais tout de même pas partir comme une voleuse alors qu'on vient de coucher ensemble et arriver au bureau lundi comme si de rien n'était.
Mac : En effet, ça provoquerait un grand malaise.
Jo : Qu'est-ce-que ça veut dire Mac ?
Mac : Je ne comprends pas trop le sens de ta question !
Jo : C'était quoi ça ? J'ai trouvé ce moment très agréable et je ne regrette pas, mais j'ai besoin de savoir où on va.
Mac : C'est déjà une bonne nouvelle. Je ne regrette pas non plus.
Jo : C'était juste pour une aventure d'un soir ou peut-être que tu espères autre chose ? J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser !


Jo se relève un peu.


Jo : Mac ! Tu n'as pas fait ça à cause de ce que je t'ai confié ? Tu n'a pas fait ça parce que je t'ai fait pitié au moins ?
Mac : Je te jure que non Jo ! Je l'ai fais parce que j'en mourrais d'envie. Sache que quoi qu'il en soit, quoi que tu décides, je ne t'en voudrais pas et je ne regretterais jamais ce que nous venons de vivre mais je te dois la vérité maintenant. Ma fameuse surprise était une sorte de déclaration d'amour.
Jo : C'est vrai ! (Emue)
Mac : Oui !
Jo : Mais Mac ! Tu étais sur le point de te marier.
Mac : Le soucis, c'est qu'avant de rencontrer Christine, j'avais des sentiments pour toi. J'ai pensé que j'arriverais à t'oublier, à te voir seulement comme une amie, mais ça n'a pas marché. Quand je suis avec toi, j'oublie Christine et quand je suis avec elle, je ne pense qu'à toi. Il y a donc un sérieux malaise.
Jo : ça va de soi !
Mac : Sache que j'ai été honnête avec toi ce soir et que si toi aussi tu le souhaites, j'aimerais qu'on envisage un avenir ensemble.


Le visage de Jo s'illumine.


Jo : Tu es sérieux ! (souriant)
Mac : J'espère jusque que l'idiot en question dont tu m'as parlé tout à l'heure, c'est moi. Puis si ce n'est pas moi je suis prêt à tout faire pour te le faire oublier.
Jo : Je peux te le dire, c'est bien toi l'idiot. Même si je t'ai dit que tu n'en étais pas un.
Mac : Mais si ! Parce que je ressentais la même chose. C'est la situation qui est idiote en fait.
Jo : Oui, c'est vrai !
Mac : Jo ! J'aimerais qu'on continu tous les deux. Une histoire stable et sérieuse. Tu accepterais ? Est-ce-que tu nous donnes une chance ?
Jo : C'est pas l'envie qui m'en manque, mais tu es mon patron et ça me gène un peu.
Mac : Il y a encore quelques minutes, est-ce-que le fait que je sois ton patron te dérangeais ?


Jo baisse le regard puis remonte les yeux en lui souriant.


Jo : Non, pas du tout. J'y pensais pas en fait.
Mac : Ecoute ton cœur. Laisse ta raison de côté pour une fois.
Jo : Il y aura des conditions.
Mac : Je t'écoute.
Jo : La fidélité ! C'est important pour moi la fidélité. Il faut que ce soit des deux côtés.
Mac : Je n'ai jamais été infidèle et ce n'est certainement pas aujourd'hui que ça va commencer. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai quitté Christine parce que je savais que ce jour arriverais avec toi.
Jo : Si tu aurais été avec Christine, je n'aurais pas été d'accord.
Mac : Je n'en doute pas.
Jo : On devra bien séparer la vie privée et le professionnel. Le travail reste au bureau et notre vie privée à la maison.
Mac : Je suis entièrement d'accord. Quoi d'autre ?
Jo : Je pense que c'est déjà bien.
Mac : Plus de trois ans que j'attends ce moment.
Jo : Et moi donc !
Mac : Jo ! Je n'arrivais pas à te parler. Toute la soirée j'ai essayer de te dire ce que j'avais sur le cœur, mais ça ne voulait pas sortir. Alors j'ai agi.
Jo : Aussi silencieuse qu'elle a été, c'était une très belle déclaration. Je crois que j'ai préféré ça qu'une longue discussion. C'était tellement romantique. J'ai adoré Mac.
Mac : J'ai plus peur maintenant. Mon cœur t'appartiens Jo. J'ai rompu avec Christine parce que je pense à toi tout le temps. Tu fais battre mon cœur depuis qu'on s'est rencontré.
Jo : Moi aussi ! Je suis heureuse ce soir et j'ai l'impression d'être dans un joli rêve. J'étais malheureuse quand j'ai appris que tu allais te marier et là ce soir, je me retrouve dans ton lit sans que je me doute de quoi que ce soit. Tu sais, j'en ai versé des larmes pour toi Mac ! J'ai souvent pleurer l'amour que nous vivrons jamais. Alors ce soir, je suis très très heureuse.
Mac : Je suis désolé de t'avoir provoqué de la peine.
Jo : Je suis tellement heureuse ce soir, que je m'en fiche. Je veux juste que le bonheur perdure.
Mac : Jo ! Je t'ai bien dit que je voulais qu'on ait un avenir ensemble.
Jo : Je sais ! Je ne te quitterais pas comme ça. Je ne sais pas si tu peux te rendre compte de ce que j'éprouve pour toi. Quand tu m'as embrassé, je hurlais de joie à l'intérieur de moi. J'avais envie de te sauter dessus.


Mac rigole. Jo se blottit dans ses bras.


Mac : Je sais que ta fille t'attend, mais je ne te cache pas que j'adorerais te garder avec moi cette nuit.
Jo : Elie dort chez son amie. Elle rentre demain après-midi.


Mac la regarde en souriant.


Mac : Tu accepterais qu'on passe la nuit ensemble ?
Jo : J'avoue que je n'ai pas vraiment envie de partir là.
Mac : J'ai envie qu'on profite de cette belle soirée.


Jo se blottit dans les bras de Mac.


Jo : C'est une magnifique soirée.
Mac : C'est vrai !
Jo : Mais ça veut dire qu'on est ensemble. Toi et moi on est un couple.
Mac : Tu te rends compte ! (heureux)
Jo : Oui !


Un moment plus tard, ils finissent par s'endormir. Durant la nuit, Mac se réveille et observe Jo. Il la voit à peine grâce à la lumière des lampadaires extérieurs qui ressortent à travers les doubles rideaux, mais il l'admire. La tentation est trop forte, Mac lui caresse les cheveux puis lui fait de petit bisous discret pour ne pas la réveiller. Toute fois, Jo se réveille et l'embrasse à son tour.


Mac : Désolé ! Je ne voulais pas te réveiller.
Jo : Ce n'est pas un soucis. Tu me faisais des petits bisous ? (souriant)
Mac : Oui, je n'ai pas pu résister.
Jo : Je suis bien avec toi.


Jo se blottit dans les bras de Mac et l'embrasse passionnément.


Jo : On n'est réveillé ! Si on en profitait (souriant)
Mac : Tu as raison. De toute façon, c'est un supplice de te sentir à mes côtés sans faire quoi que ce soit. Je suis désolé, le désir est très intense.
Jo : Pour moi aussi.


Jo et Mac s'embrassent et réitèrent leur magnifique moment qu'ils ont passé en début de nuit.


A suivre
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 03:47 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

La déclaration d'amour de Mac est originale mais elle a le mérite d'être sincère, il est parvenu à exprimer ses sentiments par des actes là où les mots auraient sans doute sonné faux et risqué de trahir les révélations de Sid. Un premier pas audacieux qui a été vécu comme une délicieuse surprise pour Jo, ainsi elle a pu ressentir tout le désir que Mac éprouvait pour elle et se laisser aller dans l'aboutissement de ce qui est longtemps resté un joli rêve. 

_________________
Revenir en haut
cricri54
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2015
Messages: 279
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 06:01 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Tu as joliment écris le début de leur relation. Mac pensait que la vie était trop courte pour ne pas s'engager avec Christine mais en fait elle est trop courte pour ne pas le faire avec la femme qu'il aime vraiment, c'est à dire Jo. Il a bien fait de ne pas laisser l'occasion lui échapper de lui avouer ses sentiments en passant outre à la pudeur mais ça les a mené directement à l'amour pur qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.
_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 00:42 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Troisième partie


Après une soirée délicieuse, Jo passe la nuit avec Mac. Le lendemain matin, Jo se réveille dans ses bras.


Mac : Tu as bien dormi.
Jo : Très bien. J'avais peur d'ouvrir les yeux.
Mac : Pourquoi ?
Jo : Peur que ce rêve ne soit pas la réalité.
Mac : C'est réel.
Jo : Avoue maintenant que tu ne m'as pas invité pour parler boulot ! (souriant)
Mac : Oui, je l'avoue. Je voulais te dire que c'était toi qui occupait mon esprit, que mon cœur bât pour toi.
Jo : C'est mignon.


Jo embrasse Mac.


Mac : Tu as faim ?
Jo : Oui un peu.
Mac : Je vais aller préparer le petit déjeuner.
Jo : C'est possible de prendre une douche avant ?
Mac : Mais tout ce que tu veux.
Jo : Merci.
Mac : La salle de bain est à côté. Tu as des serviettes dans le meuble.
Jo : Merci.
Mac : Je vais préparer le petit déjeuner pendant ce temps là.
Jo : D'accord !


Mac vole un petit baiser à Jo et va préparer le petit déjeuner.
Sous la douche, Jo n'arrive pas à descendre de son petit nuage. Elle sourit en revoyant les images de la magnifique nuit qu'elle vient de passer. Elle a comme l'impression de sentir les mains de Mac se balader le long de son corps.


Un moment plus tard, Jo arrive à la cuisine avec le sourire.


Mac : Ah là là ! Ce sourire, je m'en lasserais jamais.
Jo : Il n'est que pour toi.
Mac : Viens installe toi.
Jo : Merci !


Ils prennent le petit-déjeuner, mais Mac a beaucoup de mal à lâcher la main de Jo.


Jo : Tu sais, on a un peu discuté à chaud cette nuit, mais maintenant, j'aimerais avoir une conversation à froid.
Mac : Tu regrettes ce qui s'est passé ? Tu ne souhaites pas être avec moi finalement ! (Inquiet)
Jo : Je crois qu'on doit éclaircir certains points, mais je n'ai jamais dit ça ! Loin de là !
Mac : Qu'est-ce-que tu veux éclaircir ?
Jo : Tu as décidé de me séduire parce que tu as rompu avec Christine ?
Mac : Non Jo ! Bien sûr que non ! Je t'ai expliqué me semble t-il !
Jo : Tu as quitté Christine pour tenter ta chance avec moi ?
Mac : Plus ou moins !
Jo : C'est audacieux comme démarche.
Mac : Je ne voulais pas tenter ma chance et la quitter après. Ça aurait été ignoble. J'aurais fait quoi si tu aurais repoussé mes avances ? Je serais resté avec Christine par dépit ? Trop peu pour moi. Je ne joue pas dans cette cour de récréation moi ! Puis pire, si tu aurais accepté alors que j'étais encore avec Christine, ce que je suis sûr tu n'aurais pas fait, ça voudrait dire que je l'aurais trompé et ça non ! Je ne veux pas Jo ! D'accord, Christine est peut-être malheureuse aujourd'hui mais au moins elle ne me déteste pas. Elle ne pourra jamais me reprocher d'avoir été malhonnête avec elle.
Jo : Oui tu as raison. Mais je ne comprends pas en fait ce que j'ai de plus qu'elle. Christine est gentil et jolie.
Mac : C'est quand même fou ça que tu te poses tant de question.
Jo : ça m'intrigue Mac !
Mac : Tu es brillante Jo ! Puis il y a rien à faire, mon cœur t'appartiens. Depuis longtemps maintenant, je te fait une confiance aveugle. Tu es la personne a prévenir en cas d'urgence, tu es la personne qui doit prendre les décisions si il m'arrive malheur, tu es bénéficiaire de mon assurance vie et tu as même une procuration sur mon compte en banque.


Jo retire sa main de celle de Mac complètement troublée par ce que lui dit Mac.


Jo : Tu plaisantes ?
Mac : Non, bien sûr que non !
Jo : Mais pourquoi Mac !? Pourquoi ? C'est Christine qui aurait dû bénéficier de tout ça. Je ne comprends pas.
Mac : Justement, j'ai longuement réfléchie ces derniers jours. J'ai fait ces démarches administratives peut de temps après avoir failli me faire tuer sur le toit. Il y a deux ans et demi. Quand je me suis rendu compte que ça marchait avec Christine, j'aurais dû penser à modifier un peu tout ça mais je ne l'ai pas fait. J'ai réalisé il y a quelques jours maintenant que je ne l'ai toujours pas fait au bout d'un an et demi et je n'ai pas du tout envie de le faire. Quel homme digne de ce nom laisserais ce genre de privilège à une amie aussi cher soit-t-elle alors qu'il est en couple ?
Jo : Oui, c'est vrai que ça ne serait pas très saint !
Mac : Si Christine aurait été le grand amour de ma vie, elle aurait bénéficié de tout ça depuis bien longtemps.
Jo : Je ne sais pas quoi dire ! Mac ! Tu as une sœur me semble-t-il ? Pourquoi ce n'est pas à elle que revient tout ça ?
Mac : Parce-que nous ne sommes pas proche. Elle vit à Chicago et on se voit à peu près une fois tous les cinq ans et c'est toujours pour des événements type mariage ou funérailles. Ma sœur et moi nous n'avons aucune complicité.
Jo : Ce sont des privilèges qu'on donne à une sœur ou sa femme. Pas à une collègue !
Mac : Jo ! Tu es ma collègue, mais tu es devenu mon amie et bien plus à mon cœur. Le fait que tout ça te revienne, me donnait un peu l'impression que nous étions bien plus que des amis finalement. Puis pour ce qui est médical, tu me connais mieux que qui conque. C'est toi qui a remarqué quand je n'allait pas bien l'an dernier.
Jo : D'ailleurs tu n'as pas été très sympa avec moi.
Mac : C'est vrai, mais j'étais dépassé. Je ne voulais pas que tu comprennes. Même si j'étais avec Christine, je crois que j'espérais secrètement que nous deux ça se fasse un jour. Je pensais que si tu savais que j'étais malade, ça compromettais le peu de chance qui me restait.
Jo : Mac ! Je ne sais pas quoi te dires.
Mac : Ne dit rien. Je sais que mes excuses n'étaient pas à la hauteur. Je m'en suis longtemps voulu de t'avoir parlé ainsi.
Jo : Mais pourquoi une assurance vie ?
Mac : Pour être sûr que tu sois en sécurité, que tu ne manques de rien. J'ai toujours voulu te mettre à l’abri.


Une larme s'échappe de l'oeil de Jo.


Mac : Ne pleure pas ! Non ! Jo !
Jo : Je suis émue. Puis je crois qu'on a agit de la même manière. Tu es également la personne à contacter en cas d'urgence. Ma mère est trop loin et mon fils trop jeune. Si je viens qu'à mourir, une lettre t'attend dans le tiroir de mon bureau. Mais je crois que ce n'est plus d'actualité.
Mac : Qu'est-ce-qu'il y a dans cette lettre ?
Jo : J'ai écrit cette lettre après mon agression. Je t'avoue mes sentiments.
Mac : J'adorerais la lire.
Jo : Hum ! Si tu es sage !
Mac : ça veut dire quoi ça ?
Jo : Rien ! Je suis touchée Mac ! Très touchée.
Mac : On va être très heureux tous les deux.
Jo : J'y compte bien. Je suis ravie qu'on soit ensemble.
Mac : Moi aussi ! Je suis heureux. J'ai passé une nuit magnifique Jo.
Jo : Moi aussi.


Mac caresse la main de Jo.


Mac : Je peux te confier quelque chose ?
Jo : Je t'écoute.
Mac : C'est de loin la nuit la plus passionnée et la plus torride que j'ai pu passer dans ma vie.
Jo : Sérieux ! (souriant)
Mac : Je te promets que c'est vrai.
Jo : Tu as eu d'autres femmes Mac !
Mac : Oui, mais ce n'étais pas pareil. Ça faisait trop longtemps que j'avais envie de toi.
Jo : Eh ben Mac Taylor ! Voilà des propos que je n'ai pas l'habitude d'entendre.
Mac : ça te choc ?
Jo : Non, bien sûr que non, mais ça change.
Mac : Parce qu'ici on n'est pas au travail et je ne suis pas le même homme.
Jo : Moi aussi c'était l'une de mes plus belles nuits. Je ne sais pas si j'en ai passé de meilleure en tout cas, ça ne m'a pas marqué ! (souriant) Mais c'est toi qui a commencé. C'était romantique ! Dès le début, je frissonnais.
Mac : J'ai ressenti ! Tu as sursauté quand je t'ai embrassé !
Jo : J'ai été surprise, je ne m'attendais pas à ça ! Je pensais à beaucoup de chose, mais pas ça.
Mac : Pas déçue ?
Jo : Je croyais que c'était perdu, qu'il ne se passerait jamais rien. J'avoue que j'ai eu un petit espoir hier soir quand tu m'as annoncé ta rupture. A ce moment là, je me suis dit que c'était une chance et qu'il était temps pour moi de t'avouer mes sentiments.
Mac : Mais tu n'as pas osé ?
Jo : Non, on n'avoue pas à un homme qu'on l'aime alors qu'il vient de rompre.


Mac regarde Jo et lui fait un beau sourire.


Jo : Quoi !
Mac : Tu viens de dire que tu m'aimes. (souriant)
Jo : Mince, ce n'était pas la manière la plus romantique !
Mac : Mais tu m'aimes, tu l'as dit !
Jo : Oui Mac ! Je t'aime !
Mac : Je t'aime moi aussi. Je veux que ça marche Jo ! Je t'aime.


Jo se noie dans ses yeux.


Jo : Embrasse-moi !
Mac : Avec plaisir !


Mac embrasse Jo tendrement.


Jo : ça va marcher Mac ! On a attendu trop longtemps pour que ça ne marche pas.
Mac : Tu as raison !
Jo : Une question pertinente par contre.
Mac : Je t'écoute !
Jo : Les collègues !
Mac : Quoi les collègues ?
Jo : Tu penses qu'ils doivent savoir pour nous ?


Mac réfléchie un instant.


Mac : C'est vrai que c'est un détail auquel je n'ai pas pensé.
Jo : On doit leur dire ?
Mac : Ecoute, je pense que pour l'instant on devrait rester discret.
Jo : Je suis d'accord.
Mac : J'assume d'être avec toi Jo, mais je voudrais laisser le temps à notre relation d'évoluer un peu.
Jo : Oui, tu as raison. Je vais faire pareil de mon côté avec mes enfants.
Mac : On reste discret mais on se retrouve un petit peu le soir !
Jo : Bien sûr ! De toute façon on part toujours les derniers !
Mac : Oui, mais on laissera le boulot de côté. Le soir, une fois tout le monde partie c'est pour être ensemble.
Jo : Avec câlin à volonté ! (souriant)
Mac : Bien évidemment. Plein de câlins et des tendres baisers aussi.
Jo : Mac ! Depuis cette nuit, je fonde beaucoup d'espoir dans cette relation. Si nous deux ça ne marche pas, je ne m'en relèverais pas.
Mac : C'est fort ce que tu me dis Jo !
Jo : Je t'aime pas seulement Mac. Je suis amoureuse. J'ai même envisagé il y a peu quitté mon poste parce que à plusieurs reprises j'ai eu en tête de te sauter dessus.
Mac : Jo ! Je me suis endormi dans une relation avec Christine, mais je n'ai jamais été amoureux d'elle. Je l'appréciais, j'ai eu des sentiments pour elle mais qui se sont envolés ces derniers jours.


Mac s'approche de Jo, pose ses mains derrière sa tête et pose son front contre le siens tout en lui caressant la joue.


Mac : J'ai toujours été amoureux de toi. Ça va marcher Jo parce qu'il y a déjà quelque chose de fort entre nous. Tu le ressens ?
Jo : C'est intense.


Jo embrasse Mac passionnément et le serre dans ses bras.


Un peu plus tard, Jo s'apprête à partir.


Jo : Toute les bonnes choses ont une fin, je dois rentrer à la maison. Si Elie ne me trouve pas chez moi en rentrant elle va se poser des questions.
Mac : Je comprends !


Jo met son manteau sous le regard nostalgique de Mac. Elle s'approche et fait un petit bisous à Mac.


Jo : Merci pour tout. Le repas et la suite.
Mac : Ne me remercie pas. C'est comme ça que ça devait se passer.
Jo : Je t'appelle ce soir.
Mac : D'accord.


Mac embrasse Jo ensuite elle s'apprête à ouvrir la porte.


Jo : Encore un.
Mac : Gourmande.
Jo : C'est toi qui a commencé ! (souriant)


Mac embrasse Jo encore une fois. Jo passe les bras autour de son cou et lui fait plusieurs bisous avant de partir.


Jo : Allez j'y vais cette fois.
Mac : Je t'aime.
Jo : Moi aussi.


Jo rentre chez elle avec des étoiles plein les yeux. Mac se sent sur un petit nuage et ne veux pas descendre. En allant dans sa chambre, il revoit Jo dormant paisiblement dans son lit. Une nuit qu'il n'oubliera jamais.


Le soir, Mac appelle Jo et il reste presque deux heures au téléphone. Le lendemain, Mac est très matinal comme à l'accoutumée. Il entend l'ascenseur s'ouvrir et se précipite quand il s'aperçoit que c'est Jo qui en sort. Il l'entraîne sur le côté profitant qu'ils sont encore seuls.


Mac : Bonjour !
Jo : Bonjour.
Mac : Où vas-tu comme ça ?
Jo : A mon bureau.
Mac : Oui, mais moi j'ai très envie de t'embrasser. Rien de meilleure pour commencer la journée.
Jo : C'est sûr ! (souriant)


Mac enlace Jo et l'embrasse passionnément.


Mac : Hum tu sens bon.
Jo : Tu aimes ce parfum ?
Mac : C'est toi que j'aime.
Jo : Embrasse-moi encore.


Mac embrasse Jo à nouveau.


Jo : Je sais, je suis gourmande, mais je suis heureuse, tu comprends.
Mac : Je vois ce que tu veux dire, je suis en train de vivre la même chose.
Jo : J'ai repensé tout le week-end à la manière dont tu t'y ais prit pour me déclarer ta flamme. Tu es tellement romantique. Puis ça avait un côté excitant aussi.
Mac : C'est vrai que je reconnais maintenant que c'était une bonne idée.
Jo : Tu peux être tellement surprenant Mac.
Mac : Tu sais moi je n'arrête pas de me demander ce que tu as bien pu m'écrire dans cette lettre.
Jo : Tu as retenu ça !
Mac : Je ne suis pas curieux de nature, mais si tu me déclares tes sentiments, j'adorerais la lire.
Jo : Après tout, tu as le droit de savoir.


Mac et Jo se dirigent vers le bureau. Elle ouvre son tiroir et sort la lettre.


Jo : Voilà.
Mac : Merci.


Mac regarde si il y a personne et l'embrasse rapidement. Quelques minutes plus tard, le reste de l'équipe arrive et se mettent sérieusement au travail


Courant la matinée, Mac trouve un moment pour lire la lettre.


Mac,
Si aujourd'hui vous avez l'occasion de lire cette lettre c'est que malheureusement je ne suis plus de ce monde. Je ne pouvais pas partir définitivement avant de vous dire au revoir. Au revoir à un homme qui depuis très longtemps est dans mon cœur. Ce n'est pas très facile à dire tout ça, mais la réalité est là et je sais que je suis très amoureuse de vous et que mon plus grand désir aurait été de pouvoir vivre une belle histoire avec vous.
Vous êtes mon patron Mac et c'est compliquée pour moi de vous dire tout ça. Etant morte, c'est probablement moins difficile. Je voulais que vous le sachiez car oui, vous êtes un homme bien, charmant et d'une grande beauté intérieur. Je crois que mon plus grand regret aura été de ne pas avoir eu le courage de vous dire ce que j'éprouve pour vous. Je ne souhaite pas bouleverser votre vie en vous faisant cet aveux, juste accomplir un acte que je n'ai pas eu le courage de faire de mon vivant. J'espère que je vous manquerais un petit peu quand même. Je suis sûre que la vie aurait été tellement belle avec un homme comme vous à mes côtés. Adieu Mac, je vous attends là-haut même si je me doute bien que c'est pas moi que vous irez retrouver en premier.
Jo


Mac sourit en lisant cette lettre. Un peu plus tard Jo arrive dans le bureau pour montrer un dossier à Mac.


Mac : J'ai lu la lettre !
Jo : Ah !
Mac : C'est mignon ! Ton désir s'est réalisé de ton vivant on dirait.
Jo : Il y a parfois de beaux miracles.
Mac : Du coup, j'aimerais qu'à midi, on se voit chez moi.
Jo : Ils ne vont pas trouver suspect qu'on parte comme ça ?
Mac : C'est pas rare qu'on fasse des choses de notre côté le midi.
Jo : Et on va faire quoi comme choses ?
Mac : Devine ! (avec un clin d'oeil)
Jo : Chez moi c'est plus près.
Mac : D'accord. L'essentiel c'est qu'on se retrouve ensemble sous une bonne couette.


Jo le regarde en souriant malicieusement.


Jo : Tu m'épates tu sais ! Je te voyais pas si ouvert !
Mac : Je suis amoureux, je ne peux être que différent. Tu n'aimes pas ça ?
Jo : J'adore !
Mac : Je me retiens, j'ai envie de t'embrasser.
Jo : Je comprends. Moi aussi je me retiens.
Mac : Je crois que c'est vers toi que j'irais en premier si tu viendrais qu'à partir avant moi. (Discrètement)
Jo : C'est vrai ! (Emue)
Mac : Je....


Danny entre dans le bureau.


Danny : Les indices qu'on a prélevé ne donnent rien.
Jo : Eh mince !
Mac : Oui, c'est pas de chance, on n'a pas grand chose là !
Jo : Il y a plus qu'à recommencer à zéro
Mac : Et je déteste ça. Jo vous pourriez aller voir Sid ? Il a sûrement fini l'autopsie.
Jo : D'accord ! Je m'en occupe.
Mac : Merci Jo !


Jo descend à la morgue comme Mac le lui a demandé. Elle écoute attentivement Sid.


Sid : Donc voilà ce que je peux dire.
Jo : Bon ben vu que là-haut les recherches ne donnent rien, ça nous permettra peut-être d'avancer. Bon boulot, comme d'habitude.
Sid : Vous avez l'air plus gaie que la dernière fois que l'on s'est parlé ! On dirait que quelque chose a changé !
Jo : ça va mieux en effet.
Sid : Vous avez décidé de tourner la page ?


Jo sourit


Jo : Pas vraiment !
Sid : Ah !
Jo : Sid, je vous fais confiance. Je peux me confier à vous, mais personne ne doit savoir.
Sid : Je vous écoute.
Jo : Mac et Christine ont rompu il y a un peu plus de dix jours.
Sid : Ah bon !
Jo : Oui, il me l'a apprit samedi soir. Mac m'a invité à dîner et il m'a annoncé que c'était fini entre eux.
Sid : Et c'est ça qui vous rends heureuse ?
Jo : Le fait que je sois heureuse, se voit tant que ça ?
Sid : Ah oui !
Jo : C'est pas le fait qu'ils aient rompu qui me rend heureuse, mais c'est vrai que même si c'est moche, leur rupture contribue à mon bonheur.
Sid : Vous allez tenter votre chance maintenant ? Vous allez lui parler ?
Jo : Je n'ai même pas besoin de le faire, Mac a fait le premier pas.
Sid : C'est pas vrai ! (Etonné)
Jo : Samedi soir, il m'a fait une belle déclaration, on a passé la nuit ensemble et on a décidé de se donner une chance.
Sid : Mais c'est une excellente nouvelle.
Jo : Oui, je suis folle de joie, mais n'en parler à personne, même à Mac. On préfère rester discret pour le moment.
Sid : Vous avez ma parole.


Sid prend Jo dans ses bras.


Sid : Jo ! Je suis ravie pour vous. Vous le méritez !
Jo : Merci !


Le midi, Mac et Jo se retrouvent et passent un très bon moment avant de reprendre le travail. Le soir, ils se retrouvent comme prévu. Jo est blottit dans ses bras et ils discutent tout en échangeant des petits câlins et des tendres baisers.


Mac : J'adore être avec toi.
Jo : Moi aussi !
Mac : C'est la première fois que je dis « Je t'aime » à une femme avec tant de rapidité.
Jo : C'est la première fois que je dis à un homme que je l'aime.
Mac : Tu n'as jamais dit à ton mari que tu l'aimais ?
Jo : Pour commencer, c'est mon ex-mari, puis on était jeune, quand mon mariage a commencé à partir en vrille, je ne me suis pas vraiment battu pour le sauvé, même si Russ a fait son maximum. C'était une erreur de jeunesse, on n'était pas fait pour être ensemble.
Mac : Et nous ?
Jo : Nous on n'est fait l'un pour l'autre. Nous c'est déjà une histoire qui dure depuis trois ans.
Mac : Tu le vois comme ça aussi.
Jo : Oui !
Mac : ça m'a fait bizarre de te vouvoyer tout à l'heure.
Jo : A moi aussi.
Mac : C'était sympa de se retrouver ce midi.
Jo : On s'est vu plus de cinq heures sans pouvoir échanger un baiser. On en avait besoin.
Mac : Oh que oui !


Mac et Jo restent un petit moment puis finissent par rentrer chez eux.


Durant quelques mois, le couple se voient le soir et de temps en temps en dehors du labo sans se faire remarquer jusqu'au jour où l'équipe se retrouve face à de dangereux criminels.


Une bonne partie de l'équipe encercle le suspect qui n'a plus d'issus possible. Celui-ci sort son arme et tire en direction de Jo. Elle s'apprête à tirer mais son complice la vise. Jo tombe au sol, Danny abat le complice et ils arrêtent le second.


Mac : Non Jo ! (Hurlant).


Mac arrive vers elle.


Danny : Elle a le gilet Mac, ce n'est pas grave !


Mac se met à genoux devant elle et lui soulève la tête.


Mac : Elle est touchée à la tête.
Lindsay : Non, c'est pas vrai !
Mac : Jo, répond moi Jo ! (Hurlant) Jo, ne me laisse pas.


Elle ouvre légèrement les yeux et essaie de parler mais n'y arrive pas.


Mac : Ne dit rien, les secours arrivent, tiens le coup. Reste éveillée surtout. Jo, me laisse pas, ne me laisse pas ! (Hurlant)


Bien que bouleversé par la situation les autres se regardent complètement dépassé par le comportement de Mac surtout quand ils le voient caresser le visage de Jo tout en continuant à lui parler.


Mac : Je t'aime, tu sais à quel point je t'aime. Tu vas t'en remettre et on va vivre ensemble. (A voix basse)


Jo commence a fermer les yeux.


Mac : Non, ne fais pas ça !


Les secours arrivent et transportent Jo à l'hôpital.


Mac est à l'hôpital pendant que le reste de l'équipe est au labo.


Le médecin arrive.


Le médecin : Vous êtes Mac Taylor ?
Mac : Oui ! Comment va t-elle ?
Le médecin : L'opération a été délicate mais s'est bien passée. Elle a eu beaucoup de chance. La balle est passé à côté mais on a retrouvé quelques fragments. Néanmoins je crains que par la suite elle ait des troubles de l'audition à l'oreille droite.
Mac : Elle risque de devenir sourde ?
Le médecin : Ce n'est pas encore sûr, mais il m'apparaît que des cellules ciliées ont pu être détruite. Votre amie a fait une commotion cérébrale dû au coup, ce qui provoque des ondes de choc qui entraîne une perte de l'audition.
Mac : Il y a quelque chose à faire ?
Le médecin : Pour l'instant il faut attendre pour voir comment ça va évoluer. Si l'audition n'est pas totalement touchée, votre amie pourra s'en sortir avec un bon appareil auditif.
Mac : D'accord.
Le médecin : Elle dort encore mais devrait se réveiller tout au plus dans quelques heures.
Mac : Merci ! Je peux aller auprès d'elle.
Le médecin : Bien sûr !


Un peu plus tard, en début de soirée, les fidèles collègues et amis de Mac le rejoigne à l'hôpital.


Mac est dans la chambre avec Jo et lui tient la main. Lindsay, Don, Sid et Danny sont derrière la vitre et les observes. Ils attendent des nouvelles.


Don : Mac m'a peiné tout à l'heure.
Lindsay : Pourquoi à votre avis il a dit toutes ses choses à Jo. Ça n'a pas de sens ! Mac n'est pas aussi démonstratif en temps habituel.
Danny : Ben moi, j'ai vite fait ma conclusion. C'est évident qu'ils sont ensemble.
Lindsay : Mais Mac est avec Christine.
Danny : Et Mac n'a plus reparlé de son mariage qui devait être prévu pour cet été.
Don : C'est vrai tu as raison.
Danny : C'est moche, mais j'ai l'impression que Jo est la maîtresse de Mac. Même si Mac n'est pas encore marié.
Lindsay : Jo ne ferais jamais ça !
Don : C'est vrai que Jo est plutôt entière, mais après tout, qui sait !
Sid : Maintenant, je ne trahis plus grand chose. Mac et Christine c'est fini depuis cinq mois. Il l'a quitté avant de commettre une erreur.
Danny : Une erreur !
Sid : Il avait peur de se tromper. D'épouser une femme alors qu'il en aimait secrètement une autre.
Lindsay : Il s'est rendu compte qu'il aimait Jo.
Sid : Il a quitté Christine et une dizaine de jours plus tard, il déclarait son amour à Jo qui était réciproque. Ils sont ensemble depuis un peu plus de quatre mois.
Don : Comment tu sais ça ?
Sid : Jo s'est confiée à moi mais j'ai promis de garder le silence. Elle est très heureuse avec lui et vice-versa.


Jo ouvre les yeux.


Mac : Jo ! C'est moi.
Jo : Qu'est-ce-qui s'est passé ?
Mac : Une balle a frôlé ta tête. Il y a eu des fragments dans le crâne, mais ils ont tout enlevé.
Jo : Mais vous êtes qui ?
Mac : Jo tu ne te souviens pas de moi ?
Jo : Comment je pourrais t'oublier. (souriant)
Mac : Tu m'as fait peur. Je t'aime Jo ! Tu le sais ça hein ?
Jo : Oui, moi aussi.
Mac : Tu a la voix fatigué, mais c'est normal.
Jo : Mac ! Pourquoi tu me parles doucement ?
Mac : Tu ne m'entends pas bien.
Jo : J'ai l'impression d'avoir un bouchon dans l'oreille droite. J'ai un pansement ?
Mac : Jo ! Il y a eu un choc et tu as fais une commotion. Il est possible que tu ais des troubles de l'audition à l'oreille droite.
Jo : C'est pas vrai !?
Mac : Je suis désolé ma chérie.
Jo : Oh non !
Mac : Tu es vivante Jo ! C'est ce qui compte !
Jo : L'autre oreille ?
Mac : ça va aller. J'ai eu si peur Jo ! Tu y serais resté, je crois que je serais partie avec toi.
Jo : Tu m'aimes à ce point là ?
Mac : J'irais au bout du monde avec toi et bien au delà. Tu es mon petit bonheur, ma raison de vivre.
Jo : On est prêt pour se marier alors !


Mac prend la main de Jo et la regarde fixement.


Mac : Jo ! Tu es en train de me demander de t'épouser ? C'est bien ça ?
Jo : Non, ce n'est pas une demande à proprement dit, mais si un jour tu veux sauter le pas, je suis prête à te dire oui. Tu es l'homme de ma vie.
Mac : On va commencer par vivre ensemble.
Jo : D'accord.
Mac : C'est évident qu'on va finir par se marier.
Jo : Mac ! Il y a qu'à la tête que j'ai été touché ?
Mac : Oui ma chérie.
Jo : Les médecins n'ont rien dit d'autre ?
Mac : Je te promets que tout va bien.
Jo : D'accord.


Mac caresse le visage de Jo.


Mac : Jo ! Si on se mari, j'aimerais qu'on discute pour faire des démarches d'adoptions. Si tu es d'accord et si tu le désires bien sûr, j'aimerais qu'on ait un enfant.
Jo : Mac ! Mais....
Mac : Tu ne veux pas ?
Jo : J'ai la petite quarantaine Mac. Je peux encore avoir des enfants ! C'est peut-être pas la peine de passer par les longues démarches d'adoptions.
Mac : Tu es sérieuse ?
Jo : Oui Mac ! (souriant). Quand je serais rétablie, on fera un petit bébé.
Mac : Je t'aime. Repose toi ma chérie. Je vais aller donner des nouvelles aux autres.
Jo : Ils vont comprendre maintenant.
Mac : Ah mon avis, ils ont déjà compris.
Jo : Ce n'est pas grave. Embrasse-moi.


Mac embrasse tendrement sa futur épouse puis sort pour aller boire un café et voit ses collègues.


Don : Elle va bien ?
Mac : Bien, c'est un grand mot, mais elle est consciente. Par contre elle risque de perdre l'audition à l'oreille droite.
Danny : Merde !
Mac : Elle est en vie ! C'est ce qu'il faut ce dire !
Lindsay : Et vous Mac ? Vous venez de vivre une épreuve douloureuse !
Mac : Oui, en effet. Ecoutez, on a rien fait de mal, on voulait juste ne pas l'ébruiter pour l'instant. Ne jugez pas Jo ! J'ai rompu d'avec Christine il y a un moment déjà et notre relation a commencé après.
Danny : Personne ne vous juge Mac.
Mac : C'est sérieux entre nous.
Don : Vous êtes mignon ! Le peu qu'on a pu en voir en tout cas.


Quelques jours plus tard, Jo sort de l'hôpital et son état de santé s'améliore de jour en jour. Même si son audition est fortement diminuée, Jo perçoit encore des sons.
Mac offre une très belle bague de fiançailles à Jo et s'installent ensemble. C'est quelques mois plus tard, que le grand projet du couple se réalise, Jo est enceinte d'un petit garçon qu'elle mettra au monde quelques mois avant son mariage avec Mac.


Fin














_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 04:01 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Cette fiction s'achève sur une très belle troisième partie qui fait ressortir à merveille toute la passion et tout l'amour que Jo et Mac éprouvent l'un pour l'autre. Je trouve ça bien que Sid ne soit jamais démasqué par Jo, il reste jusqu'au bout une sorte d'ange gardien qui a simplement veillé au bonheur de ses amis. De son côté, Mac a su prouver à Jo de bien des façons que son cœur lui appartenait depuis le début et c'est bien là l'essentiel. 

_________________
Revenir en haut
cricri54
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2015
Messages: 279
Localisation: Nancy
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 05:49 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

Encore une fiction très agréable à lire.
Ils sont fait pour vivre l'amour avec un grand A et c'est ce qui se produit à la fin. Okay

J'aime bien ce que tu dis sur Sid Barbara, je l'ai perçu aussi comme un ange gardien.
_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 13:29 (2016)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard ! Répondre en citant

En faisant en sorte que les révélations de Sid ne soit jamais su par Jo, je me suis rapproché du Mac discret de la série. Mac est sans doute le personnage le plus discret de cette série et il aurait tout fait pour éviter d'accabler Sid. Puis je pense que ce n'est pas un dommage collatéral donc c'est aussi bien que cette conversation entre Sid et Mac ne se sache pas. Puis Jo reste dans l'optique que Mac s'est réveillé seul et même si il a eu un coup de pouce, Jo restera toujours dans un joli rêve. 
Honnêtement je ne sais pas comment j'aurais pu faire tourner les choses si Jo aurait été au courant. Je pense déjà qu'elle en aurait voulu à Sid, puis je pense qu'elle aurait été déçu. Elle aurait peut-être pu penser que Mac était avec elle par pitié ou parce qu'il a été influencé. Le doute se serait installé et aurait pu provoquer la rupture du couple. 
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:08 (2018)    Sujet du message: Avant qu'il ne soit trop tard !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Sela Ward Index du Forum One shot / Fictions courtes
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Sela Ward by Aurelle-Sims, © 2015 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com