Sela Ward Index du Forum Sela Ward Index du Forum Sela Ward Index du Forum
     
  FAQ Rechercher Membres Groupes Profil 

Consulter sa messagerie privée
Connexion  S’enregistrer
 
 

 
Le pouvoir des fleurs
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Sela Ward Index du Forum Le coin des créatifs Créations en rapport avec Sela Ward Fictions Fictions terminées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 16:54 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Chapitre 16.


Mac a offert une bague à Jo qui fait office de demande de mariage, mais la déception est de taille pour Mac quand il s'aperçoit que Jo ne porte pas cette bague. Il espérait au fond de lui un déclic et que Jo se décide à lui pardonner.


Pendant le petit déjeuner.


Mac : Tu as passé une bonne nuit ?
Jo : Oui et toi ?
Mac : ça va.
Jo : J'ai une faim de loup.
Mac : Moi aussi !


Mac ne lui parle pas de la bague et Jo en fait de même. Ils déjeunent comme si rien n'était. Elie se lève, ce qui détend un peu l'atmosphère.


Jo dépose Elie au collège avant d'aller au labo.


Mac à honte, mais il voulait en avoir le cœur net. Il rentre dans la chambre de Jo pour regarder si elle a bien lu la lettre. Il constate que la lettre a bien été ouverte puisqu'elle n'est plus à sa place.


Le soir, Jo arrive et Mac continue de faire comme si rien n'était ainsi que les jours qui suivent.


Deux jours plus tard, Jo accompagne Mac chez le médecin.


Le médecin : Vous prenez bien vos médicaments ?
Jo : J'y veuille !
Le médecin : Les migraines ça donne quoi ?
Mac : J'en ai de moins en moins.
Le médecin : Très bien.
Mac : J'avoue que c'est pénible de rester à rien faire.
Le médecin : Vous semblez aller mieux. Vous pouvez reprendre certaines activités de la vie courante, mais pas de sport et rien de trop violent ni fatiguant.
Mac : D'accord. Et pour ma convalescence ? Est-ce-que je peux rentrer chez moi ?


Le médecin regarde Jo qui lui fait un signe discret qui montre qu'elle n'est pas d'accord.


Le médecin : Ce n'est pas préférable pour le moment. Vous pourriez encore avoir besoin d'aide.
Mac : Bon ben d'accord !
Le médecin : On se revoit dans un mois.
Mac : D'accord ! Pas de soucis.


Mac et Jo sortent de chez le médecin.


Mac : Eh ben c'est encourageant.
Jo : Oui, on dirait ! (souriant)


Jo raccompagne Mac avant d'aller travailler.


Le samedi soir, Jo reviens de chez l'amie d'Elie qui donne une fête pour son anniversaire.


Jo : Mac ! Tu prépares le dîner ?
Mac : Ben oui ! Comme tu vois !
Jo : Qu'est-ce-que tu nous fais de bon ?
Mac : Poulet basquaise.
Jo : Mais c'est long ça ! Tu vas bien ? Tu veux que je prenne le relais ?
Mac : Non, tout va bien ! Je suis en forme. Je me sens très bien. Le médecin à dit que je pouvais reprendre mes activités de la vie courante.
Jo : Je vois ça ! Un coup de main ?
Mac : ça va aller ! Elie rentre tard ?
Jo : Finalement elle dort chez Bridget. Ça maman m'a gentiment proposé. Vu qu'elle habite à l'autre bout de la ville, je ne te cache pas que ça m'arrange.
Mac : D'accord. On dîne en tête à tête alors ?
Jo : En tête à tête. En effet.
Mac : ça va être prêt. Il est presque vingt heure. Tu veux manger maintenant ?
Jo : Oui, j'ai vraiment faim.
Mac : Ok !
Jo : Je vais mettre la table.


Jo et Mac se mettent à table et ils regardent Jo.


Jo : Quoi ?
Mac : Tu es magnifique ! J'adore cette robe.
Jo : Merci !


Mac serre le repas et Jo goûte.


Jo : Mais c'est excellent !
Mac : Merci !


Jo savoure le repas, Mac est heureux de lui faire plaisir.


Jo : C'est délicieux ! J'adore.
Mac : Merci !


Mac et Jo mangent, tout en échangeant de petits regards.


Mac : Pourquoi tu me regardes comme ça ?
Jo : Comme ça ! Je te regarde comme d'habitude !
Mac : Tu me dévores des yeux Jo !
Jo : Non !
Mac : Oh que si !
Jo : Bon un peu et alors ? Ça te gène ?
Mac : Bien sûr que non ! J'adore ça ! (souriant)
Jo : Puis toi aussi tu me dévores des yeux.
Mac : Moi c'est tout le temps. J'adore t'admirer.
Jo : Mac !
Mac : Quoi ! C'est vrai non !
Jo : Qu'est-ce-que tu me trouves.
Mac : Je t'aime et je te trouve sexy, j'y peu rien !
Jo : Un « je t'aime » s'est encore glissé là !
Mac : Tu m'as tendu la perche !
Jo : C'est vrai ! Méa culpa.


Mac soupire.


Jo : Quoi ?
Mac : Je peux te parler franchement ?
Jo : Bien sûr !
Mac : J'en peux plus Jo ! Vivre avec toi me fait tellement de bien et tellement de mal à la fois.
Jo : Tu peux toujours finir ta convalescence en maison de repos. (souriant)
Mac : Non ! Je t'aime Jo ! Je t'aime profondément. Je ne pourrais pas tenir les deux mois et demi restant alors six mois, tu imagines le calvaire !?
Jo : C'est si pesant que ça ?
Mac : J'aimerais juste un geste qui me donne un peu d'espoir, qui me dit que je n'ai pas tort d'espérer que ça redevienne comme avant. Je veux que tu sois honnête surtout.
Jo : Tu essaies de me forcer la main ?
Mac : Je te dis que je t'aime, c'est tout. Tu m'en veux encore pour t'avoir dit que je t'aimais plus. C'était faux. J'ai eu tort et je le sais.
Jo : Tu sais que je peux être têtue.
Mac : Je le sais !
Jo : Je t'ai dis que je tiendrais au moins six mois.
Mac : Je sais bien, mais j'ai le droit de tenter ma chance non ? Six mois Jo ! C'est dur non ! Tu ne ressent rien ?


Jo regarde Mac et décide de changer de conversatin.


Jo : Eh ben c'était bon !
Mac : ça t'a plu ?
Jo : J'ai adoré !
Mac : Bon ben je suis content.
Jo : J'ai bien mangé.
Mac : Moi aussi. Un dessert ?
Jo : Oui ! Un sorbet devant la télé ?
Mac : ça me va. Va t'installer, je m'en occupe.
Jo : Non, tu en as assez fait. Va y, je te rejoins.
Mac : Tu es sûre ?
Jo : Oui, certaine.


Mac va s'installer dans le salon. Un moment plus tard, Jo revient avec un plateau contenant deux sorbet au citron.


Jo : Je reviens dans deux minutes.
Mac : D'accord.


Jo revient avec l'écrin dans la main. Mac la regarde et comprend à ce moment là que Jo ne porterait pas la bague.


Jo s'assoit et tend l'écrin à Mac.


Mac : Tu es sûre de ta décision ? Tu ne veux pas réfléchir encore un peu ?
Jo : Non, je suis sûre Mac !
Mac : D'accord !


Mac prend l'écrin et baisse la tête.


Mac : J'ai été trop prétentieux. J'aurais jurée que tu allais finir par la passer cette bague. J'en conclus que c'est définitivement finit entre nous ?
Jo : Quoi ? Mais ça va pas non !
Mac : Tu ne veux pas te marier. Je t'avais dit que si tu me rendais la bague c'était dans le cas d'un non catégorique. Donc tu n'es pas prête à passer ta vie avec moi.
Jo : Oh là ! Attends là ! Tu tires des conclusions un peu hâtive Mac et surtout tu ne m'as pas laisser m'exprimer. Tu ne sais même pas pourquoi je te donne cet écrin.
Mac : Tu sais, je n'ai pas vraiment besoin que tu te justifie. On s'est éloigné tout les deux c'est flagrant. Si on aurait pu se réconcilier, ça se serait fait durant ces deux dernières semaines.
Jo : Si ça ne s'est pas fait, c'est parce que j'ai mes raisons Mac. Mais je ne te redonne pas cette bague ! Je voudrais juste que ce soit toi qui me la passe au doigt. Je trouve que ça serait plus symbolique.


Mac regarde Jo avec soulagement et lui sourit.


Mac : Oh mon dieu ! J'ai cru que tu me redonnais la bague parce que tu refusais ma demande.
Jo : Refuser ! Tu rêves toi !
Mac : Alors tu es d'accord, tu veux bien m'épouser ?
Jo : Oui. Je veux bien t'épouser Mac. (souriant). Je voudrais que tu me passes cette bague car j'aimerais ressentir ce fameux frisson.


Mac regarde Jo très ému et sourit. Il prend délicatement la main de Jo et lui enfile la bague autour de l'annulaire.


Mac : Tu le sens ce fameux frisson ?
Jo : Oui, je le ressens et c'est tellement agréable.
Mac : Je t'aime.
Jo : Moi aussi.
Mac : Si je me suis battue c'est pour te retrouver Jo. Sans toi, la vie ne vaux pas la peine d'être vécue.
Jo : Ne dit pas de bêtises.
Mac : Je sais que ce que je t'ai fais t'a profondément blessé, mais je peux me rattraper, j'en suis sûr.
Jo : Chut, ça suffit Mac ! Ça suffit avec ça. Tait toi ! Ne gâche pas ce beau moment.


Elle le regarde dans les yeux et lui sourit.


Jo : Il y a trois semaines tu me disais que je craquerais dans moins de deux semaines.
Mac : D'accord, j'ai perdu ! Mais tu acceptes de m'épouser donc tu ne vas pas tarder à craquer j'espère !
Jo : Je te dois une explication ceci-dit. Je vais être sincère avec toi.
Mac : Je t'écoute !
Jo : Je t'ai pardonné depuis bien longtemps. Depuis que j'ai lu ta lettre en fait, celle que tu m'as écrite avant ton opération.
Mac : Alors pourquoi tout ce cinéma ?
Jo : Le médecin m'a mise en garde. Il m'a fait comprendre à demi mot que tu ne devais pas avoir d'activité sexuelle durant deux semaines. Je me suis éloigné pour pas qu'on craque parce qu'on n'arrive pas à résister.
Mac : Alors tu m'aimes toujours, tu ne m'en veux pas ?
Jo : Non, je ne t'en veux pas. J'ai pris mes distance pour pas qu'on finisse par faire n'importe quoi. L'autre jours sur le canapé c'était bien partie.
Mac : Alors tu avoues que tu aurais craqué si Elie n'était pas rentré !?
Jo : Oui, j'aurais craqué. Je n'arrivais plus à penser à autre chose et c'est ça que je voulais éviter. Je voulais que tu guérisses avant. Tu sembles l'être alors je t'avoue que je t'aime profondément et que je ne t'en veux pas ou plus du tout en tout cas.
Mac : Je suis heureux.
Jo : Moi aussi !


Elle pose son front contre celui de Mac. Le cœur de celui-ci commence à s'emballer et reste plongé dans le regard de Jo un petit moment.


Jo : Je veux un baiser. J'ai trop envie de t'embrasser.


Elle pose ses lèvres contre les siennes. Elle finit par l'embrasser passionnément, puis fougueusement. Pour finir elle serre Mac fort dans ses bras.


Mac : L'alcool et les médicaments ce n'est pas recommandé. Si on trinquait avec des sorbets ?
Jo : D'accord ! C'est original.
Mac : A nous.
Jo : A nous.


Jo et Mac mangent leur sorbet heureux de se retrouver. Jo regarde sa bague.


Jo : Elle est magnifique.
Mac : Pour une femme magnifique.
Jo : Tu es adorable.


Un petit moment plus tard Jo se lève en fixant Mac avec un regard très provocateur.


Mac : Tu vas où ?
Jo : On va aller dans la chambre et tu vas me déshabiller et on va se faire plaisir.
Mac : D'accord !
Jo : Tu n'es pas fatigué au moins ? Car ce n'est pas trop recommandé dans ce genre de cas.
Mac : Je suis en pleine forme et j'ai terriblement envie !


Mac et Jo vont dans la chambre et s'amusent comme des fous. Ils passent un moment tendre et passionné.


Jo : Hum ! Je suis bien dans tes bras.
Mac : Je suis heureux de te retrouver mon cœur.
Jo : Tu remarqueras que je n'ai pas résisté longtemps.
Mac : C'est vrai ça !
Jo : Je suis trop amoureuse pour ça !
Mac : On peut dormir ensemble cette nuit ?
Jo : Ben bien sûr ! C'est quoi cette question ! On va se marier Mac !
Mac : Je remarque aussi qu'il y a toujours notre photo sur ta table de nuit.
Jo : Je t'aime, je ne peux pas lutter.
Mac : Tu me pardonnes Jo ?
Jo : J'ai dis que je t'avais pardonné. Mais ne me dis plus jamais que tu ne m'aimes plus. Ça fait beaucoup trop mal parce que moi je suis très amoureuse de toi et c'est de la torture ce que tu m'as fait vivre ce jour là !
Mac : Je te dirais plus jamais de telles bêtises.
Jo : La cohabitation sera moins pesante !
Mac : Sans l'ombre d'un doute. On ne se sépare plus hein !
Jo : Non ! On se dit tout Mac !
Mac : D'accord ! Promis !
Jo : Don m'a parlé tu sais ?
Mac : De quoi ?
Jo : De ta souffrance avant que notre histoire commence. Il m'a dit à quel point tu étais amoureux.
Mac : Je t'ai avec moi aujourd'hui et ça vaux toute les souffrances du monde.
Jo : Vraiment ?
Mac : Oui ! Par contre j'aimerais vraiment qu'on oublie cette épisode et qu'on agisse comme si nous n'avions jamais été séparé.
Jo : Je suis d'accord.
Mac : Super !


Mac serre Jo dans ses bras et l'embrasse tendrement. Il passe la nuit dans les bras l'un de l'autre.


A suivre.
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 06:08 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Haha ! J'en étais sûre que Jo aurait craqué le soir où Elie est rentrée. En tout cas, elle a eu beaucoup de cran de marquer la distance avant tout pour le bien de Mac car il peut se montrer terriblement irrésistible quand il s'y met. Le pauvre, il a vraiment cru que c'était terminé quand elle lui rapporte l'écrin mais c'était pour lui réserver la plus belle des surprises. Leur patience est formidablement récompensée, nos amoureux se retrouvent enfin comme si rien ne les avait jamais séparés. 

_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Dim 13 Sep - 15:22 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Voilà un petit chapitre car ça fait longtemps que je n'ai pas publié. 


Chapitre 17


Pour le plus grand bonheur de Mac, Jo a répondu positivement à sa demande en mariage. Le couple heureux fête ça dignement.


Le lendemain matin, Jo se réveille avec d'agréables câlins.


Jo : Qu'est-ce-que c'est agréable ça !
Mac : Avoue que ça t'avais manqué ces moments.
Jo : Bien sûr que oui. Et toi ?
Mac : C'était horrible de me réveiller sans toi.


Jo se retourne et embrasse Mac.


Jo : Bonjour.
Mac : Bonjour mon cœur.
Jo : Tu as bien dormi ?
Mac : La nuit a été courte mais agréable.


Jo rigole.


Jo : Tu m'étonnes !
Mac : En tout cas il y avait longtemps que je n'avais pas passé une si belle nuit.
Jo : J'aimerais que tu sois heureux maintenant.
Mac : Je le suis !
Jo : Je ferais tout mon possible pour que tu sois heureux.
Mac : Tu es là c'est l'essentiel.
Jo : Tu sais, si il y a autre chose qui te manque dans ta vie on peut en parler !
Mac : Ne t'en fais pas ! Je suis heureux avec toi et c'est le principal.
Jo : Je t'ai entendu parlé à l'infirmière un jour.
Mac : A propos de ?
Jo : De tes regrets de ne pas être père.
Mac : Ne t'en fais pas pour ça mon cœur.
Jo : Si tu veux en parler il y a pas de soucis.
Mac : Non, ça va aller. On va se lever hein !
Jo : Oui !


Mac tire Jo du lit afin de ne pas poursuivre cette conversation, ce qui n'échappe pas à Jo.


Les semaines qui suivent, tout ce passe bien entre Mac et Jo qui sont ravis que leur couple prenne un nouvel envol.


Un soir de la semaine qui suit, ils regardent un film.


Mac : Dit au fait, vu qu'on va se marier, ça serait une bonne idée qu'on s'installe officiellement ensemble non ?
Jo : En effet !
Mac : J'emménage ou tu emménages ?
Jo : Tu te plais ici ?
Mac : Oui, j'aime beaucoup.
Jo : Alors ça serait mieux que tu viennes vivre ici. Si on viens chez toi, Elie devrait changer de collège et elle nous en voudrait.
Mac : Oui, tu as raison, ce n'est pas le but ! Alors j'emménage chez toi si tu veux bien de moi.
Jo : Oui, mais tu dors dans la baignoire, je te préviens de suite.
Mac : Quoi ?!
Jo : Ben oui !
Mac : Tu me ferais même pas une place dans ton lit ?
Jo : Ben à toi de me prouver que tu as ta place.


Mac rigole.


Mac : C'est vrai que je ne te l'ais pas assez prouvé.


Mac éteint la télévision et attrape Jo par la main.


Mac : Allez ! Viens je vais te montrer pourquoi j'ai ma place dans ton lit.
Jo : J'ai hâte de voir ça !


Mac et Jo passent un agréable moment. Ils se regardent et discutent.


Mac : Tu te rends compte du privilège que je vais avoir. Je vais épouser la détective en chef de la police scientifique.
Jo : Par intérim seulement. Tu sais très bien que le vrai chef c'est toi.
Mac : Je pourrais ne pas revenir !
Jo : Et je sais que ce n'est pas ton attention.
Mac : Tu souhaiterais garder ce poste ?
Jo : Je ne pense pas ! C'est trop de responsabilités et la paperasse ça m'agace. J'aime mieux travailler sur le terrain et en labo.
Mac : Oui, je sais.
Jo : Tu penses que tu reviendras quand ?
Mac : Je ne sais pas trop. A la fin de mes trois mois de convalescence je pense.
Jo : Ok. Je te garde ta place au chaud et après c'est moi qui aura l'immense privilège d'épouser le détective en chef.
Mac : On est deux heureux chanceux.
Jo : Oui c'est tout à fait ça.


Un mois et demi plus tard, Mac et Jo sont chez le médecin


Le médecin : Tout va bien pour vous on dirait !
Mac : Je me sens bien en tout cas.
Le médecin : Votre dernier scan est parfait.
Mac : Ma convalescence est terminée ?
Le médecin : On dirait bien. Vous pouvez reprendre le travail quand vous le souhaitez mais en douceur.
Jo : J'y veillerais !
Le médecin : Parfais.


Mac et Jo sont dans la voiture.


Mac : Bon ben voilà je suis guérit.
Jo : Oui !
Mac : Je vais pouvoir rentrer chez moi !
Jo : Oui ! Bien sûr tu as raison toi !
Mac : Ah ! Tu veux garder ton malade préféré à tes côtés !
Jo : Oui ! Je le veux !
Mac : Alors je reste vers toi. (souriant)


Quelques jours plus tard, Jo rentre et Mac l'accueil dignement.


Jo : Ouah le repas est prêt !
Mac : Oui !
Jo : Il y a même du champagne ! Mais en quel honneur ?
Mac : Pour t'annoncer que je reprends le travail dans deux semaines.
Jo : Mais c'est pas vrai ! C'est génial ! (surprise)
Elie : Il savait que tu serais contente.
Jo : Mais je suis ravie !
Mac : En tout cas Sinclair m'a dit que tu étais un très bon joker.
Jo : Ben j'ai fait de mon mieux en tout cas.
Mac : Merci mon cœur.
Jo : Mais de rien.


Mac et Jo prennent le dîner et le portable de Jo sonne.


Jo : Danville... Très bien j'arrive.


Jo raccroche.


Jo : Je suis désolé ! Je dois y aller ! Il y a un meurtre vers le centre commercial.
Mac : D'accord !
Jo : A tout à l'heure.
Mac : A plut tard.


Jo s'en va et Mac reste devant son repas. Il prend son dessert.


Mac : ça te dérange si je sors un petit peu.
Elie : Non, je suis une grande fille, je peux rester seule un moment.
Mac : Très bien.


Jo est avec l'équipe sur un meurtre préoccupant quand ils aperçoivent la belle voiture de Mac pointer le bout de son nez.


Don : Regardez qui vient nous rendre visite.
Jo : C'est pas vrai !
Danny : Eh ben il était temps.


Mac descend de sa voiture et va saluer tout ces collègues.


A suivre.  
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Ven 18 Sep - 14:55 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Merci pour cette petite suite bien agréable et contente que Mac reprenne du service. Par contre, il a promis à Jo qu'ils se disaient tout alors c'est dommage qu'il esquive le sujet de la paternité. 

_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Lun 28 Sep - 19:33 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Chapitre 18


Mac a enfin reprit le travail pour le plus grand bonheur de ses collègues.


Jo et Mac arrivent et tous le monde accueil Mac avec des banderoles et des applaudissements.


Mac : Eh ben ça fait du bien de vous revoir !
Jo : Nous aussi ça nous fait du bien.
Adam : Bon vous êtes moins jolie que la patronne mais on va s'y faire.


Tous le monde rigole.


Mac : Tu ne changes pas toi !
Adam : On ne change pas une équipe qui gagne !
Sid : Nous avons déjà du travail Mac 
Mac : Je n'en doute pas !


Mac entre dans son bureau et s'installe, heureux de retrouver ses lieux qu'il affectionne tant. Il aperçoit un magnifique bouquet de fleurs sur son bureau. Il se tourne vers Jo.


Mac : Tu ne changes pas toi.
Jo : Pour que tu n'oublies pas les belles choses qui se sont passées dans ce bureau.
Mac : Il y a aucun risque !
Jo : J'espère bien parce que nous avons vécu des moments uniques ici aussi bien à titre professionnelle que privée.
Mac : C'est vrai ! (souriant)


Il se remet vite dans le bain et reprend les enquêtes avec brio.


Après avoir étudié les dossiers en cours, Mac fait le tour du labo et s'arrête dans le couloir. Il observe la mezzanine et sourit de manière nostalgique en revoyant le visage de Jo l'interpellant comme la première fois où il l'a rencontré.


Le soir, Jo arrive dans le bureau.


Jo : Alors cette reprise ?
Mac : Je suis heureux. C'est juste ce qui manquait à ma vie.
Jo : Si tu es heureux, tant mieux !
Mac : Approche mon cœur !


Jo s'approche.


Jo : Qu'est-ce-qui se passe ?
Mac : J'ai envie de faire un câlin à la femme de ma vie.
Jo : La femme de ta vie ? Rien que ça ?!


Jo s'assoit sur les genoux de Mac et passe les bras autour de son cou.


Mac : Je retrouve enfin un sens à ma vie. J'ai une femme merveilleuse, un travail que j'aime, des amis superbes. Je suis bien entouré dans ma vie. Je me considère comme chanceux.
Jo : C'est moi qui a de la chance de t'avoir.
Mac : Je t'ai bien fait souffrir et j'en suis désolé.
Jo : On en parle plus. J'ai eu peur pour toi surtout parce que je t'aime et je tiens à toi.
Mac : Moi aussi. Tu es tout pour moi. Tu vois, je serais prêt à tout les sacrifices, mais je ne pourrais jamais me passer de toi.
Jo : Tu as fini ton travail ?
Mac : Oui !
Jo : Alors si on rentrait ?
Mac : Oui, il me tarde d'être seul avec toi.
Jo : Ah bon ?! Pourquoi ?
Mac : Devine ! (malicieusement)
Jo : Il va falloir qu'on passe par la case repas avec mon admirable fille avant.
Mac : ça va de soi. Tu sais, je l'aime beaucoup aussi. C'est une chouette gamine.
Jo : Attention, ne dit pas « gamine » devant elle, parce qu'elle va sortir de ses gong.
Mac : Oui, c'est vrai que nos ados d'aujourd'hui sont de plus en plus prétentieux et croient qu'à 15 ou 16 ans ils ne sont plus des gamins parce qu'ils peuvent conduire une voiture.
Jo : Mais oui, c'est tout à fait ça !
Mac : Mais bon, en ce qui concerne Elie, elle a quand même la tête sur les épaules et c'est une fille assez mature je dirais !
Jo : Oui, c'est vrai ! Elle est autonome et elle n'hésite pas à offrir son aide pour les tâches ménagères.
Mac : C'est vrai !
Jo : C'est pour ça que je suis un peu généreuse concernant son argent de poche.
Mac : Tu lui donnes combien sans indiscrétion ?
Jo : Cent dollars par mois.
Mac : Effectivement c'est très généreux, beaucoup de parent ne donne même pas la moitié.
Jo : Il faut dire aussi que beaucoup de parents sont dans des situations précaires qui ne leur permettent pas ce genre de débordement. Mais je sais qu'Elie dépense bien son argent et elle a un coffre dans sa chambre où il y a huit cent dollars. Elle sait économiser.
Mac : Oui, en effet. Elle te parle de moi des fois ?
Jo : Comment ça ?
Mac : Je sais pas vraiment ce qu'elle pense de moi. J'ai vraiment envie qu'elle m'apprécie.
Jo : Elie t'aime beaucoup Mac. Tu sais, elle a été très triste quand c'était difficile entre nous.
Mac : C'est vrai ?
Jo : Elle me disait chaque jour de me battre pour toi.
Mac : Je m'en rappelle maintenant qu'elle m'avait dit de tout faire pour te reconquérir parce que tu étais triste.
Jo : Quel enfant n'aimant pas le petit ami de sa mère, ferait tout pour les remettre ensemble ?
Mac : Oui tu as raison.
Jo : Allez ! Rentrons, je commence à avoir faim !
Mac : Allons-y.


Le soir, ils dînent en famille et envisage de s'installer dans une maison a proximité du Lycée d'Elie.


Dans la salle de bain, Jo se regarde dans le miroir, Mac arrive derrière elle et glisse ses mains autour de son corps.


Mac : Hum ! Je t'aime toi !
Jo : Moi aussi !
Mac : Tu as donné un sens à ma vie.
Jo : Je le sais et j'en suis plutôt fière ! Mais tes mains qui se balladent comme ça sur moi, je ne vais pas résister longtemps.
Mac : Mais c'est le but mon cœur.
Jo : Je connais tes petites manies ! Je sais très bien que tu attends quelque chose de sympathique.
Mac : Tu sais, si tu es fatiguée, je ne t'oblige à rien.


Jo se retourne et regarde Mac en souriant.


Jo : Je suis dans une forme olympique.
Mac : Intéressant.


Mac la prend par la main et l'entraîne vivement dans la chambre conjugal. A l'instar d'un moment tendre et passionné, Jo espère pouvoir combler entièrement la vie de l'homme qu'elle aime le plus au monde.


Quelques semaines plus tard, Jo arrive dans le bureau de Mac.


Mac : Tu as fini ton boulot ?
Jo : Oui, le rapport est bouclé et je ne cache pas que je suis heureuse que cette enquête soit bouclée.
Mac : Oui, je n'en voyais pas le bout. Bon ben on peut y aller alors ?
Jo : Oui, mais avant je voudrais te montrer un document.
Mac : C'est pour une enquête ?
Jo : Non, c'est personnelle.
Mac : Personnelle ! (Etonné)


Jo donne le papier à Mac qu'il regarde attentivement.


Mac : Oh mon dieu c'est pas vrai ! (sérieux)
Jo : Ben on dirait que si !
Mac : Je me trompe pas là ! Le taux Béta-HCG c'est les hormones de grossesse ! N'est ce pas ?
Jo : Non, tu ne te trompes pas.
Mac : Bon ben ! Va falloir qu'on prenne une décision je suppose !
Jo : Une décision !
Mac : Tu souhaites le garder ?
Jo : Bien sûr que oui ! On va avoir un bébé Mac. (souriant)
Mac : Je peux me réjouir alors ?
Jo : Mais bien sûr que oui !


Mac expire


Mac : Si tu ne souhaiterais pas le garder, je respecterais ta décision, mais je ne te cache pas que ça me briserais le cœur.
Jo : Je suis aussi enthousiaste que toi Mac. Je suis heureuse d'avoir cet enfant de toi. C'est ce qui nous manquait dans notre magnifique vie !
Mac : Oh mon dieu ! C'est un rêve ! Je vais me réveiller ! Je vais me réveiller ! (avec insistance)
Jo : Tu es content ?
Mac : Comment te dire ! Jo tu comblais déjà ma vie, mais là tu fais de ma vie un paradis. Je pouvais pas rêver de mieux.
Jo : On va avoir notre bébé à nous.


Mac s'approche de Jo et pose ses mains sur ses bras.


Mac : Ouah ! Jo c'est merveilleux. C'est tout ce qui me manquait pour que ma vie soit parfaite.
Jo : Pourquoi tu ne m'as jamais dit que tu voulais un enfant ?
Mac : Parce que je doutais que tu en veuilles un et je ne voulais pas aborder le sujet au risque que ça créé une gêne entre nous.
Jo : Je suis ouverte Mac ! J'aurais pu t'écouter sans provoquer de gêne !
Mac : C'est le plus bel accident qui a pu nous arriver.


Jo soupire.


Jo : Je ne vais pas te mentir Mac ! Ce n'est pas vraiment un accident. Je ne prenais plus la pilule depuis quelques temps déjà.
Mac : Quoi ? Mais pourquoi tu as fais ça ? Pourquoi tu as pris cette décision seule ? Explique toi ! (très calmement)
Jo : Je vais être sincère avec toi. J'ai entendu ta conversation avec l'infirmière et ton regret de ne pas avoir d'enfant. Tu sais, loin de moi l'idée de te faire un enfant dans le dos, mais je savais que c'était ton souhait. J'ai quarante-trois ans et à cet âge avancé, c'est pas évident de tomber enceinte alors je ne t'ai rien dit pour ne pas te décevoir. J'ai arrêté ma pilule en me disant qu'on verra bien. En fait, je voulais te faire une belle surprise. Tu m'en veux ? J'aurais pas dû faire ça ! Je réalise maintenant que c'était stupide.
Mac : Jo ! Tu es une femme extraordinaire. Tu le sais ça ?
Jo : Tout ce que je sais c'est que tu feras un père merveilleux Mac et je ne veux pas rater cette chance avec toi.
Mac : Je vais être papa ! C'est merveilleux. Je ne peux pas t'en vouloir. C'était une décision culotté mais au final la surprise est encore meilleure.


Jo et Mac dînent en tête à tête.


Mac : Alors ? Tu préfères une fille ou un garçon ?
Jo : Je n'ai pas de préférence ! Et toi ?
Mac : Moi non plus.
Jo : Bon ben tant mieux alors !
Mac : Puis j'avoue que je n'arrive pas à comprendre ces gens qui ont une préférence.
Jo : Je pense que ça fait partie de la nature humaine. Inconsciemment nous avons tous nos préférences !
Mac : Tu as peut-être raison ! Dommage que Elie ne soit pas là !
Jo : On lui dira après la première échographie, je préfère.
Mac : Tu crois qu'elle le prendra bien ?
Jo : Je pense que oui ! Elle me réclamait constamment une petite sœur quand elle était petite. Je me souvient de ce petit bout de chou. Elle a bien grandit, mais c'est une enfant merveilleuse et notre enfant sera pareil.
Mac : ça va aller du coup pour le mariage ?
Jo : Oui ! Le mariage est dans deux mois. Je suis qu'à six semaines. Je ne serais pas trop grosse encore.
Mac : Si tu le souhaites on peut repousser !
Jo : Non, à moins que tu veuilles repousser !
Mac : Tu plaisantes ! Il me tarde vraiment de te passer la bague au doigt.
Jo : Moi aussi !


La grossesse de Jo se passe à merveille. Mac et Jo sont chez le gynécologue pour la première échographie.


Le gynécologue : Tout va bien. Votre bébé se développe bien.
Mac : C'est merveilleux.
Le gynécologue : Vous avez des nausées ?
Jo : Ben non, bizarrement rien d'important.
Le gynécologue : N'oubliez pas de prendre votre acide folique.
Jo : Ne vous en faite pas.


Jo et Mac sorte très heureux.


Jo : Bon ben on va pouvoir l'annoncer à Elie maintenant !
Mac : Oui !


Elie rentre et Mac et Jo sont déjà là.


Elie : Ben vous êtes déjà là ? C'est rare !
Jo : J'avais rendez-vous chez le médecin.
Elie : Le médecin ? C'est grave ?
Jo : Non, je voulais voir le docteur pour être sûr que ça va bien avant de t'en parler.
Elie : Me parler de quoi ?
Jo : J'attends un bébé.
Elie : Un bébé ? Tu es sérieuse ?
Jo : Oui.
Elie : Ben c'est une super nouvelle ça ! Un bébé et un mariage dans quinze jours, ça va ! La vie est belle ! (en se moquant)


Mac et Jo rigolent.


Mac : Je crois que la vie ne peux pas être aussi belle.
Jo : Oui c'est vrai.
Elie : Je suis ravie pour vous et pour moi aussi ! Je ne serais plus la petite dernière.
Jo : Je suis contente que tu le prennes bien.
Elie : Pourquoi je le prendrais mal.
Jo : Ben tu sais, les ados ont parfois des réactions bizarres ! Puis quand une mère à un enfant avec un homme qui n'est pas le père de ses enfants c'est parfois compliqué.
Elie : Oui, mais moi je n'ai pas eu de père. C'est différent !
Jo : C'est vrai ! Tu as raison.
Elie : Tu feras un papa génial Mac. J'aurais bien voulu avoir un père comme toi.


Mac sourit ému par les propos de sa futur belle-fille.


Mac : Merci, ça me fait plaisir.


Deux semaines plus tard, Mac et Jo se retrouvent devant l'autel sous les regards envieux de leurs familles et amis.


A suivre.  
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Jeu 1 Oct - 01:25 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

La vie est effectivement très belle pour Mac et Jo, tout leur sourit désormais et ils l'ont bien mérité après tant d'épreuves. J'ai bien aimé que Mac découvre un bouquet de fleurs sur son bureau à son retour même si à la différence de la première fois, il a bien sûr tout de suite compris le message. Jo lui réserve pourtant une surprise encore plus grande en réalisant son rêve de devenir papa, un homme plus comblé que lui ça n'existe pas. Il ne semble plus toucher terre en apprenant la nouvelle, il est vraiment touchant. Il y avait fort à parier que la future grande sœur accueille l'arrivée du bébé avec tout autant de joie, ensemble ils vont former une charmante famille. 

_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 16:17 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Chapitre 19


Jo a annoncé à Mac qu'elle attendait un bébé et sa réaction fût des plus enthousiaste. Mac est très heureux à l'idée de devenir papa, un souhait qu'il gardait secret depuis le début de sa relation amoureuse avec Jo.


Après de nombreuses épreuves, Mac et Jo sont enfin tout deux devant l'autel, attendant patiemment le moment où ils seront enfin déclarés mari et femme.


Le pasteur : Mac Taylor ! Voulez vous prendre Joséphine Danville comme épouse ?
Mac : Oui ! (avec un beau sourire)
Le pasteur : Joséphine Danville ! Voulez vous prendre Mac Taylor comme époux ?
Jo : Oui ! (souriant à son tour)
Le pasteur : Je vous déclare donc mari et femme. Vous pouvez embrasser la mariée.


Mac embrasse son épouse en réalisant que ce petit texte connue du monde entier, il l'avait imaginé des milliers de fois avec Jo.


Mac : Je t'aime (discrètement)
Jo : Moi aussi.


Jo et Mac tournent la tête en direction de leurs amis et famille et aperçoivent au fond de la salle un homme qui sort discrètement de la salle. Mac et Jo se regardent intrigués sans vraiment en faire de cas. Rien ni personne ne pourra pour eux gâcher cette magnifique journée.


La fête qui suit cette cérémonie s'annonce des plus belles lorsque Mac et Jo ouvrent le bal sur une magnifique Valse.


Jo : Tu es un incroyable danseur.
Mac : Tu verras aussi que je suis un incroyable mari.
Jo : Je n'en doute pas ! Sinon je ne t'aurais jamais épousé !
Mac : Tu feras une épouse hors du commun ma Jo.
Jo : Je ferais de mon mieux, je te le promets.
Mac : Je te demande juste de ne pas mourir en première. Ça fait trop mal.
Jo : Mac ! Je pense que ce sujet n'est pas approprié pour un si beau jour.
Mac : Tu as raison mon amour. Tu vois, j'ai fais ma première bêtise d'homme marié.
Jo : On en reparlera mais un autre jour.
Mac : Non, ce n'est pas utile.
Jo : Il me semble pourtant que c'est un sujet pertinent !
Mac : Chut ! Profitons de cette soirée et la magnifique nuit qui nous attend.
Jo : Tu as raison !


La fête se poursuit dans la joie et la bonne humeur, lorsque Jo et Mac décident de quitter ce petit monde pour poursuivre cette nuit dans un endroit plus intime.


Jo et Mac arrivent chez eux et constate avec une énorme surprise que leur appartement est minutieusement décoré avec de superbes banderoles, des pétales de rose et des pompon un peu partout. De magnifiques fleurs bordent la pièce.


Jo : Qui a fait ça ?
Mac : Je ne sais pas ! Mais j'ai la vague impression que Elie et Tyler sont des suspects idéals !
Jo : ça ne m'étonnerais pas d'eux en effet. C'est magnifique et romantique en tout cas.


Mac embrasse tendrement sa femme et l'emmène dans la chambre.


Mac : Tu es magnifique mais je crois que j'aimerais te voir avec moins de tissus maintenant !
Jo : Ah oui ! (malicieusement)
Mac : Absolument.


Mac passe ses mains derrière le dos de Jo et fait glisser sa fermeture éclair vers le bas.


Mac : On est enfin mariés ma chérie. On a traversé tellement d'épreuves.
Jo : Oui, surtout toi.
Mac : Maintenant on va être très heureux. Nous avons une famille merveilleuse qui va bientôt s'agrandir.
Jo : Oui c'est vrai.


Mac fait glisser la robe le long des jambes de sa belle et reste sans voix devant la magnifique dentelle de son épouse.


Mac : Ouah ! J'adore. Tu es divine.
Jo : C'est vrai ? (déboutonnant la chemise de Mac)
Mac : Oui, c'est vrai.


Mac embrasse Jo fougueusement et l'entraîne vers le lit.


Mac : Tu ne peux pas t'imaginer ce que j'ai ressenti quand il a dit qu'on était officiellement mari et femme.
Jo : Et moi donc.
Mac : C'est un des plus beau jour de ma vie.
Jo : J'espère bien !


Mac et Jo passent une nuit qu'ils considèrent comme étant des plus magique. Le lendemain, ils sont encore sur leur petit nuage.


La semaine qui suit, la vie reprend son cours. Jo fait ses courses et croise le regard d'un type qu'elle est sûre d'avoir déjà vu.


Le soir, Mac rentre et embrasse Jo qui prépare le dîner.


Mac : ça va ?
Jo : Ouais ouais !
Mac : Non, ça n'a pas l'air.
Jo : Si ne t'en fais pas !
Mac : C'est pas le bébé ?
Jo : Mais non ! Le bébé va bien !
Mac : Alors dit moi ce qui ne va pas !


Jo s'essuie les mains et s'assoit.


Jo : On en a pas parlé, parce que j'ai jugé que ce n'était pas important. Mais est-ce-que tu te souviens avoir vu un homme étrange roder dans la chapelle le jour du mariage ?
Mac : Oui, à la fin il y a eu un type qui est sortie, mais sûrement quelqu'un qui s'est trompé de cérémonie.
Jo : Se tromper de cérémonie ! Tu crois à ça toi ?
Mac : Ben ! Il y avait sûrement un autre mariage juste après. Il s'est simplement trompé d'heure.
Jo : Ouais peut être, mais j'ai un doute.
Mac : Pourquoi ?
Jo : Aujourd'hui j'étais au centre commercial et j'ai croisé un homme qui lui ressemblait beaucoup.
Mac : Tu es sûre que c'était lui ?
Jo : Mac ! Je suis très physionomiste. J'en suis sûre.
Mac : C'est sûrement un hasard !
Jo : Mais Mac ! New-York est immense. C'est quasiment impossible de croiser plusieurs fois la même personne.
Mac : Ecoute, fait attention dans le doute, mais je pense que tu ne dois pas te mettre la pression. Après tout tu lui as peut-être tapé dans l'oeil. Tu sais, tu es très séduisante ! Tu dois attirer les regards !
Jo : Au point qu'il vienne voir mon mariage !
Mac : C'est vrai que ça, ça serait un peu glauque quand même.
Jo : Je vais rester sur mes gardes je crois.
Mac : Oui, il vaut mieux. Mais pense que ça peut être un hasard ou simplement deux personnes qui se ressemblent fortement.
Jo : Je vais me concentrer vers cet optique.


Mac fait tout pour rassurer Jo, mais ce qu'elle venait de lui confier, l'inquiète énormément.


Le surlendemain, Jo profite de son congé pour faire du shooping. Elle rentre dans un magasin de puériculture juste par curiosité estiment qu'il est beaucoup trop tôt pour ses premiers achats. En observant avec nostalgie les divers jouets de bébé, elle remarque au loin le même homme qui l'observe. L'homme remarque avec gêne que Jo l'a repéré. Il lui fait un sourire et Jo fini par s'approcher de lui.


Jo : Bonjour !
L'homme : Bonjour !
Jo : Est-ce-qu'on se connaît ? (fermement)
L'homme : Non, pas vraiment.
Jo : Pourquoi est-ce-que vous me suivez ?
L'homme : Je ne vous suis pas !
Jo : Je vous ai vu roder dans la chapelle le jour de mon mariage, puis ensuite au centre commercial et ici aujourd'hui. Ça fait un peu trop pour moi. Pourquoi vous me suivez comme ça ?
L'homme : Je ne vous suis pas ! On va dire que c'est une coïnsidence !
Jo : Je ne crois pas au hasard ! Beaucoup de femme de mon âge seraient flatté de voir qu'un jeune homme séduisant attire leur attention, mais je suis moins facile à berner. Je suis lieutenant de police et ancien agent du FBI. Mais j'ai la vague impression que je ne vous apprends pas grand chose ! Enfin tout pour dire que je suis quelqu'un de très observateur et de très perspicace alors maintenant vous allez me dire pourquoi vous me suivez ! (très ferme)
L'homme : Je ne sais pas trop comment vous le dire !
Jo : Allez ! Faite un effort ! Je suis armée vous savez ! Je peux me défendre hein !
L'homme : Je le sais bien.
Jo : Donc vous savez qui je suis.
L'homme : Oui ! Je le sais.
Jo : Qu'est-ce-que vous me voulez ? C'est la dernière chance que je vous donne pour vous exprimez. Traquer un policier c'est grave monsieur et punissable par la loi.
L'homme : Ok ! Déjà je ne vous traque pas. Je vais vous le dire, mais dans un endroit plus calme et public de préférence. Et je vous demanderais en contre partie de ne pas sortir votre arme, ça m'a toujours terrifié.
Jo : D'accord ! Comment vous appelez vous ?
L'homme : Grant ! Grant Holliston.
Jo : Bon ben allons au café d'en face.
L'homme : Je vous suis.
Jo : Je préfère vous suivre si vous voulez bien !
L'homme : Je comprends que vous soyez méfiante !


Jo et Grant s'installent à une table assez isolé. Jo commande un café et Grant prend la même chose.


Jo : Alors je vous écoute.
Grant : Je ne sais pas trop par où commencer. Ni comment vous expliquez.
Jo : On s'est déjà vu par le passé ?
Grant : Non, mais je suis originaire de L'Alabama.
Jo : Comme moi, mais j'ai la vague impression que vous en savez déjà beaucoup sur moi.
Grant : Pas tant que ça. Je sais juste le principal. Vous vous appelez Joséphine Danville et vous êtes lieutenant de la police scientifique de Manhattan et vous venez de vous mariez. Je vais commencer par le début. Il y a huit ans, je suis tombé très malade. Une maladie cardiaque très grave.
Jo : Vous avez l'air d'aller bien !
Grant : Oui, parce que le 13 septembre 2010, j'ai reçu une greffe d'une personne en très bonne santé avec une compatibilité parfaite.


Le visage de Jo devient glaciale.


Jo : Oh mon dieu ! C'est pas vrai ! Vous avez le cœur de ma sœur !
Grant : Oui ! Je ne savais pas trop comment vous abordez et vous dire tout ça. Je ne savais même pas si c'était une bonne idée. Je voulais savoir qui elle était, si c'était une femme bien.
Jo : Et vous êtes venu à mon mariage pour me dire ça !
Grant : Non, je ne vous aurais jamais dit ça le jour de votre mariage. Je me suis dit qu'en m'y rendant, une partie de votre sœur serait présente.
Jo : Ouah ! Vu sous cet angle, je ne peux pas vous le reprocher.
Grant : J'espère que mon approche n'est pas égoïste.
Jo : J'espère que vous êtes quelqu'un de bien !
Grant : Oui, je crois ! Je ne voudrais pas être prétentieux, mais je suis quelqu'un d'honnête et de sympathique je pense.
Jo : Leanne était une femme admirable.


Pour finir, Jo et Grant passent la journée ensemble à parler de leur vie respective et de la défunte sœur de Jo décédée dans un accident de la route.


Le soir, Jo rejoint Mac au labo.


Mac : Tiens te voilà ! Tu as bien profité de ta journée de repos ?
Jo : Journée très étonnante.
Mac : Ah bon !
Jo : L'homme qui me suivait.
Mac : Oh non ! Il s'est à nouveau manifesté ?
Jo : Oui ! Et cette fois, je suis aller le voir pour lui demander ses intentions.
Mac : Et alors ? Comment il s'en ai sortie.
Jo : Figure-toi que cet homme est totalement inoffensif. Il voulait me rencontrer.
Mac : De cette manière là ! C'est plutôt maladroit non ?
Jo : Oui je l'admets, mais il ne savait pas comment m'aborder. Ce qu'il avait à m'apprendre était très délicat.
Mac : Quoi ? Tu m'intrigues là ! Pourquoi voulait-il te rencontrer déjà ?
Jo : Cet homme voulait des renseignements sur ma sœur.
Mac : Ta sœur décédée ? Mais pourquoi ?
Jo : Parce qu'il y a trois ans, il a reçu son cœur.
Mac : Ouah ! (étonné) ça glace le sang
Jo : Ouais tu l'as dit ! Il m'a dit qu'il était venu au mariage pour qu'une partie de ma sœur soit présente.
Mac : C'est une délicate attention on va dire.
Jo : Je trouve aussi.
Mac : Journée émouvante alors.
Jo : Oui très !
Mac : Bon ben on va rentrer ! Qu'en penses-tu ?
Jo : On y va !


Mac et Jo rentrent chez eux, soulagés de savoir enfin pourquoi cet homme suivait Jo à la trace.


A suivre.  
_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 15:45 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Chapitre 20


Quelques mois après le mariage, il est temps pour Jo de prendre son congés maternité. Pour l'occasion elle convie ses collègues à un repas.


Jo : Je vous préviens, ça n'a pas intérêt d'être le bazar sur mon bureau à mon retour !


Tout le monde rigole.


Mac : C'est l'hôpital qui se fou de la charité !


Lindsay regarde un peu autour d'elle.


Lindsay : J'adore votre maison en tout cas !
Jo : Oui, elle est chouette hein !
Danny : Oui ! Je crois que c'est un truc comme ça qu'il nous faudra quand on aura notre deuxième.
Mac : Vous envisagez d'avoir un second enfant ?
Lindsay : Ben pour tout vous avouez, c'est en cours. Je suis enceinte moi aussi.
Jo : Mais c'est une super nouvelle. Lucy va être très heureuse ! Félicitation à vous deux !
Mac : Oh non ! Ce n'est pas le moment hein ! Je vais devoir gérer un deuxième remplacement !


L'équipe regarde Mac, très étonnée par ses paroles.


Jo : Mais....
Mac : Vous verriez vos têtes ! Je plaisante là ! Bien sûr que c'est une très bonne nouvelle ! Félicitation à vous deux.
Jo : Ouah ! Tu m'as fait peur là ! Tu es enceinte depuis longtemps ?
Lindsay : Trois mois. Donc il est temps que ça se sache puisque ça commence à se voir !
Jo : De toute façon à partir de quatre mois, c'est foutu, on ne peut plus le cacher !


Tout le monde rigole.


Jo : En tout cas, six mois sans vous, vous allez me manquer !
Danny : Repose-toi bien surtout.
Jo : Compte sur moi ! (Avec un clin d'oeil)


Quelques jours plus tard, Mac boit un café avec Don dans le café du coin. Un homme entre et l'aperçoit !


L'homme : Eh ! Mais c'est mon vieux pote Mac Taylor !
Mac : Non on ne se connaît pas ! Je ne me souvient pas de vous !
L'homme : Espèce de pourriture ! C'est toi qui m'a coffré comme une merde et tu oses dire que tu ne te souviens pas de moi !
Mac : Ecoutez, je n'ai pas à me justifier sur mes arrestations. Maintenant fichez-moi la paix où je vous arrête à nouveau pour outrage à agent.
L'homme : Ouais c'est ça ! On arrête les gens et on assume pas !
Don : Bon ça suffit maintenant hein !


Un autre homme arrive.


L'autre homme : Allez laisse-tomber ! Ça n'en vaut pas la peine !


Il prend l'homme par le bras et le sort de force.


Dans la voiture.


Bradley : Tu es fou ou quoi ? Tu sors à peine de tôle ! Tu veux y retourner ?
Kurt : Non, mais ce mec est un connard ! Il m'a laissez aucun répit. Il m'a mis son gun sous la tronche et ça j'admets pas !
Bradley : On a joué avec le feu ! Il a gagner. Il faut être fair-play !
Kurt : Ouais ! Mais j'ai droit à ma revanche !
Bradley : Oui, mais pas comme ça ! C'est pas le moment qu'on se fasse remarquer.
Kurt : Je veux que ce mec souffre ! Tu comprends ça ! Il va payer pour mes années de tôle et ce connard de Proc aussi !
Bradley : Ouais je vois ce que tu veux dire ! Tu veux les buter ! C'est ça !
Kurt : Non ! Ils ne souffriraient pas assez !
Bradley : Tu as raison ! Il faut leur donner une leçon qui les rendraient malade.
Kurt : Tu as une idée ?
Bradley : Il faut trouver les points faibles. Tout le monde en a un. On va déjà s'occuper de Taylor. On verra après pour le proc.
Kurt : Ruiner la carrière de Taylor serait le pied.
Bradley : Oui ! On va le surveiller pendant quelques jours et repérer son quotidien.


A l'aide de complices, ce duo est très bien organisé pour suivre Mac. Ils se trouvent devant chez lui après l'avoir suivit au loin durant une demi-heure.


Kurt : Putain ! Il a une sacrée baraque en tout cas ! L'enfoiré !
Bradley : C'est un flic mon frère ! Tu crois quoi toi !
Kurt : Ouais tu as raison ! Ils ont tout ceux là !


Jo sort et embrasse tendrement Mac.


Jo : J'étais impatiente que tu rentres.
Mac : Ah oui !? (souriant)
Jo : J'ai préparé le dîner. J'espère que tu as faim.
Mac : Je suis affamé.


Mac regarde Jo, lui sourit et l'embrasse à son tour.


Kurt : Et en plus il a une nana super canon !
Bradley : Ouais ! Tout pour être heureux quoi ! Regarde elle a au moins vingt ans de moins.
Kurt : Tu exagères ! On ne voit pas au loin.
Bradley : Ouais mais c'est le genre à se taper des minettes.


Mac rentre et se retrouve chez lui.


Mac : ça sent bon en tout cas.
Jo : Tu trouves ?
Mac : Oui !
Jo : Tu m'as manqué !
Mac : Mais toi aussi tu m'as manqué !
Jo : Tu parles, ça va à deux cent à l'heure, tu n'as pas le temps de penser à moi !
Mac : Ne doute pas de ma sincérité mon amour ! Il y a toujours une place pour toi dans mon esprit.
Jo : C'est mignon ce que tu me dis !
Mac : Le bébé à bougé ?
Jo : Il n'arrête pas ! (souriant)
Mac : Il est comme sa mère que veux-tu !
Jo : Non mais oh ! (lui tapant sur le bras)
Mac : Je t'aime comme tu es de toute façon. Tu es la meilleure épouse au monde, c'est tout ce que je retiens moi !


Jo regarde Mac et sourit. Mac s'approche et l'embrasse tendrement.


Kurt : Il ne va pas ressortir je pense ! On s'arrache !
Bradley : Ouais, tu as raison !


Un petit quart d'heure plus tard, Elie rentre et voit Jo sur le canapé blottit dans les bras de Mac.


Elie : En flague !
Jo : Qu'est-ce-qu'on fait de mal ?
Elie : Rien justement ! Un peu de bonheur fait du bien à voir !
Mac : Beaucoup de bonheur.
Jo : Mes enfants et mon mari suffisent pour que je sois très heureuse !


Quelques jours plus tard, dans le même café, Mac déjeune avec un vieil ami. Bradley s'assoit deux tables derrière Mac sous une autre apparence pour ne pas être reconnu.


Bob : Comment va Jo Mac ?


Bradley lève légèrement la tête et tend l'oreille.


Mac : Elle va très bien. Elle se repose.
Bob : J'aurais juré que tu ne te remarirais jamais !
Mac : Ben moi aussi ! Mais quand on tombe sur une femme exceptionnelle comme Jo, on ne réfléchit pas longtemps.
Bob : Tu l'as dans la peau ta femme hein !
Mac : Elle est ce que j'ai de plus cher au monde. C'est mon rayon de soleil. (en souriant)
Bob : C'est vrai que tu es un veinard. Elle est cultivé, sympathique, vivante et en plus de ça elle est super belle. Chanceux va !
Mac : Attention toi ! Pas les pattes !
Bob : Mac ! Souat, je suis un grand séducteur mais je ne m'attaque pas aux femmes mariés. Surtout quand c'est la femme d'un ami de longue date. De plus, les femmes mariées sont trop compliquée.
Mac : De toute façon j'ai confiance en elle. Elle est très fidèle. Elle ne me trompera jamais. Je parais peut-être sûr de moi, mais c'est une femme droite. Puis la pauvre a attendu longtemps avant que je me manifeste. Elle m'a tendu des perches en or que je n'ai jamais saisie !
Bob : Tu veux dire que c'est elle qui est tombé amoureuse la première ?
Mac : Non, je ne crois pas ! Je pense que nous étions les deux dans le même état d'esprit mais quand elle a pensé que je pouvais m’intéresser à une autre elle a eu vraiment la trouille.
Bob : Elle t'aime alors ! Ça ne fait aucun doute. Elle est un peu jalouse au moins !?
Mac : Oh que oui ! Et moi aussi j'avoue ! J'en serais malade de la perdre.


Bradley fait un sourire sournois et quitte le café. Il retrouve sont frère chez lui.


Bradley : On peut arrêter de suivre l'autre con ! J'ai trouvé son point faible.
Kurt : Comment ça ? C'est quoi sa faille !
Bradley : Sa femme ! (souriant).
Kurt : Sa femme ?! (Etonné)
Bradley : C'est via sa femme qu'on va le rendre malade.
Kurt : Faut pas se planter ! Beaucoup de mec de son âge n'accorde plus d'importance à leur femme.
Bradley : Alors là ! Pas lui je t'assure ! Je viens de suivre une conversation qu'il a eu avec un pote à lui visiblement et il parlait justement de sa femme et je t'assure que c'est son point faible. Il aime sa femme comme un fou et il a dit clairement « J'en serais malade de la perdre ».
Kurt : A ouais carrément ! On a du lourd là ! On fait quoi ?
Bradley : Sa femme va lui faire un coup dont il ne va pas se relever.
Kurt : Ouais ! Très bonne idée ! On va s'amuser ! Mais comment on s'y prend ?
Bradley : Si sa chère femme avait un amant ça serait tellement dur !
Kurt : Tu crois qu'elle est facile d'accès !
Bradley : On va s'entraîner !
Kurt : Ouais !
Bradley : Tu vas l'avoir ta vengeance !


Les jours qui suivent les deux frères, observent les faits et gestes de Jo afin de mettre leur plan à exécution.


A suivre  
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Mer 25 Nov - 02:49 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Jo et Mac donnent l'impression que plus rien ne peut venir troubler leur bonheur mais je ne suis pas rassurée par les cruelles intentions de ces deux frères qui ont l'air d'avoir toute confiance en l'efficacité de leur plan.  Evil or Very Mad  

_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Dim 29 Nov - 01:06 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Chapitre 21


Tout va bien pour Mac et Jo mais deux frères semblent bien décidé à mettre la pagaille dans la vie de Mac. Jo serait une cible idéal pour anéantir la vie de Mac et les deux frères l'ont bien compris.


Le soir, Mac rentre chez lui et trouve la maison vide. Il entre dans la cuisine et s'apprête à ouvrir le frigo lorsqu'il voit un mot fixé à l'aide d'un aimant. Il sourit en dépliant le petit mot et commence à le lire.


Mac,
ça fait quelques jours déjà que je cherche la manière de t'annoncer que notre vie ne me plais plus. J'ai rencontré un autre homme il y a quelque temps déjà dont je suis tombé amoureuse. J'ai décidé de partir pour une nouvelle vie avec cet homme qui me comble de bonheur. Je te laisse tout, j'ai juste envie de partir loin de toi et de cette vie qui m'insupporte. Je crois que dans le fond je ne t'ai jamais vraiment aimé. Tu n'es qu'un sale flic à la con qui pense qu'à son boulot et j'ai toujours détesté les flics en réalité. Tu es loin même très loin d'être le mari idéal. Je préfère partir avant de faire une sérieuse dépression. En ce qui concerne le bébé, ne cherche pas à le revoir, je t'avoue également qu'il n'est pas de toi. Ce bébé est celui de l'homme que j'ai décidé de suivre aujourd'hui.
Je te laisse notre fille également qui sera mieux avec son père.
Joséphine.


Mac : Mais qu'est-ce-que c'est que cette mascarade !


Mac essaie d'appeler Jo mais tombe systématiquement sur sa messagerie. Il appelle ensuite ses collègues à qui il demande de venir rapidement.


Elie entre et voit Mac très perturbé.


Elie : Qu'est-ce-qui se passe ?
Mac : Je ne sais pas ! Ta mère à disparue Elie !
Elie : Quoi ?
Mac : J'ai retrouvé un mot sur le frigo comme quoi elle partait.
Elie : Mais ce n'est pas possible !
Mac : Bien évidemment.
Elie : Mais qu'est-ce-qui s'est passé Mac ! Où est maman ? Vous vous êtes disputé ?
Mac : Non, tout va bien.
Elie : Alors pourquoi elle n'est pas là !?
Mac : J'en sais rien, mais mes collègues vont arriver et on va tout faire pour la retrouver.
Elie : D'accord. J'appelle Tyler.
Mac : Je pense qu'il vaut mieux qu'il soit au courant en effet.


Une vingtaine de minutes plus tard, Danny et Lindsay arrivent en compagnie de Sheldon, Don et Adam.


Danny : Alors qu'est-ce-qui se passe Mac !
Mac : Jo a disparue ! Je crois que c'est un kidnapping.
Don : Qu'est-ce-qui te fait dire ça ?
Mac : Ce mot ridicule là !
Sheldon : Ce n'est pas son écriture ?
Mac : Si, mais il y a des trucs qui ne vont pas dedans. Déjà première chose qui saute aux yeux, c'est signé Joséphine. Tout le monde l'appelle Jo, même les inconnues. Ensuite elle me dit qu'elle me laisse notre fille qui sera mieux avec son père. C'est troublant qu'elle me dise ça et en plus elle adore Elie, elle ne l'abandonnerait jamais. Puis cette lettre est pleine de fautes d'orthographes. Jo ne fait jamais de fautes, c'est une maniaque de l'orthographe. Elle me fait passer un message, c'est clair.
Don : Je peux la lire ?
Mac : Oui !


Don lit la lettre à haute voix.


Lindsay : C'est quelqu'un qui l'a forcé à écrire. Mac Jo t'aime plus que tout. Elle ne partirait pas comme ça.
Mac : Je ne crois pas un mot de ce qu'il y a là dedans de toute façon !
Danny : Puis elle dit qu'elle n'aime pas les flics, ça n'a pas de sens !
Mac : Jo adore son job !
Elie : Qu'est-ce-qu'on va faire ?
Mac : Ne t'inquiète pas ma chérie. Tyler va arriver et j'ai déjà signalé sa disparition.
Elie : On devrait peut-être contacter Russ !
Mac : Je l'ai déjà appelé. Il va faire ce qu'il faut de son côté.
Elie : J'ai peur !
Danny : On va la retrouver. C'est probablement pour une rançon.
Mac : J'en ai bien peur moi aussi.
Elie : Mac ! Je veux que tu paix la rançon sans prendre de risque.
Mac : Ne t'en fais pas ! Ta mère est très futé. Elle l'a déjà prouvé via cette lettre.
Elie : Maman t'aime, elle ne serait jamais partie avec un autre homme.
Mac : Je le sais bien.


Jo est dans le coffre d'une voiture les mains attachées. La voiture s'arrête dans un garage. Kurt sort Jo de la voiture.


Kurt : Allez dépêche-toi ! Sort de là !
Jo : Vous faites une grave erreur !
Kurt : Je m'en fou ! Ferme là !
Jo : Vous savez pas à qui vous avez à faire !
Kurt : Oh que si ! Et c'est très excitant !


Kurt prend Jo par le bras et la traîne jusqu'à une pièce avoisinant le garage. Il ouvre la porte et pousse Jo dans la pièce.


Kurt : Tiens, je t'amène de la compagnie. Je suis sûr que vous allez vous entendre toutes les deux.
La femme : Mais qu'est-ce-que vous me voulez ?!
Kurt : Vous allez vite comprendre !
Jo : Qu'est-ce-que vous allez faire ?
Kurt : Vous verrez bien, mais vous allez vite vous rendre compte que si vous êtes là ensemble, ce n'est pas un hasard.
Jo : Quoi.... Mais.....


L'homme rigole et ferme la porte.


Jo : Eh merde ! C'est quoi cette histoire.
La femme : Qu'est-ce-qui nous veulent ses salops !
Jo : Ils sont plusieurs?
La femme : Oui ils sont deux ! Je pense que ce sont deux frère. Ils se ressemblent beaucoup.
Jo : Ok ! Il a dit que si on était ensemble ce n'est pas par hasard. Je ne crois pas qu'on se connaît !
La femme : Je m'appelle Charlotte Zoembeller.
Jo : Zoembeller ? Vous êtes de la famille du procureur Larry Zoembeller ?
La femme : Oui, je suis sa femme.
Jo : Ok ! Je suis Jo Taylor. Je suis l'adjointe du détective en chef de la police scientifique de Manhattan.
Charlotte : Je connais le détective en chef Mac Taylor. J'ai eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises aux repas annuels des représentants de l'ordre. L'année dernière je n'ai pas pu y aller car j'étais dans le même état que vous, je veux dire, que j'étais enceinte et sur le point d'accoucher. Mais je me souvient maintenant du repas annuel de 2011. Mac Taylor était fier de présenter sa nouvelle collègue et c'était vous. Vous aviez les cheveux plus court mais je me souviens maintenant.
Jo : Donc on se connaît !
Charlotte : Oui, mais de vue uniquement. Par contre votre nom ne m'avait pas vraiment marqué à l'époque mais vous portez le même nom que votre collègue !
Jo : En réalité, mon nom de jeune fille c'est Danville. Mais je suis mariée avec Mac depuis quelques mois.
Charlotte : Ok ! Je vois ! Donc si nous sommes là, c'est parce que nous avons un lien avec ses types !
Jo : Je crois pas que ce soit nous. Je crois que ce sont nos maris qu'ils visent à travers nous.
Charlotte : C'est pas bête !
Jo : J'espère que Mac va vite découvrir le pot aux roses.
Charlotte : Ils m'ont demandé d'écrire une lettre d'adieu à mon mari.
Jo : Ils ont fait la même chose, mais j'ai été plus futé qu'eux. J'ai laissé plein de signes démonstratifs dans cette lettre qui montre que ce n'est pas vraiment moi. Impossible que mon mari ne s'en rende pas compte.
Charlotte : Vous êtes enceinte de combien ?
Jo : sept mois et demi.
Charlotte : Kidnapper une femme enceinte, quelle bande de salop !
Jo : Charlotte ! Vous permettez que je vous appelle Charlotte ?
Charlotte : Bien sûr !
Jo : On va s'en sortir ! Je ne sais pas comment, mais on va s'en sortir.


Durant la nuit toutes les équipes sont à la recherche de Jo en vain.


Le lendemain matin, un homme arrive dans le bureau de Mac.


Larry : Bonjour.
Mac : Bonjour Monsieur le procureur !
Larry : Je me permets de venir vous voir parce que je suis désespéré. Je ne sais plus à qui m'adresser, je ne sais pas à qui faire confiance.
Mac : Ce n'est pas vraiment le jour, mais je vous écoute.
Larry : Ma femme a disparu depuis avant hier et elle reste introuvable.
Mac : Quoi ?
Larry : Oui, ma femme Charlotte a disparu.
Mac : Vous vous êtes adressé à la police judiciaire ?
Larry : Ma femme m'a laissé un mot pour me dire qu'elle me quittait alors ce n'est pas préoccupant pour eux, mais je suis sûr qu'elle n'a pas écrit ce mot. Charlotte n'aurait jamais laissé ses enfants.


Mac regarde Larry, blanc comme un linge et complètement anéanti.


Mac : Vous avez bien fait de venir me voir.
Larry : Vous m'avez dit que ce n'était pas le jour.
Mac : Parce que j'ai une affaire très personnelle qui me touche, mais ce que vous venez de me dire est très troublant. Ma femme a disparu hier soir. Elle m'a juste laisser un mot aimanté sur le frigo où elle m'annonce qu'elle part avec son amant.
Larry : Oui c'était à peu près ça pour moi aussi.
Mac : Ma femme a été futé, elle a signé Joséphine alors qu'elle déteste qu'on l'appelle comme ça et elle a laissé plein de fautes d'orthographes et de détails qui m'affirme que cette lettre est écrite sous la contrainte.
Larry : Pourquoi nos deux femmes ont été kidnappées ?
Mac : Je compte bien le découvrir et on doit les retrouver.
Larry : Ils vont nous demander une rançon. Vous pensez ?
Mac : J'en ai aucune idée pour l'instant. Mais si nos deux femmes ont été kidnappé ensemble c'est quelqu'un que nos connaissons tout les deux.
Larry : Charlotte est fragile ! J'ai peur pour elle.
Mac : Ma femme est enceinte de sept mois.
Larry : Les salops !
Mac : On va essayer de trouver qui peut être derrière tout ça pour commencer.
Larry : Il est clair que quelqu'un nous en veux à tout les deux.
Mac : Oui ! C'est pour ça qu'on va regrouper toutes les affaires sur lesquelles nous avons travaillé ensemble.
Larry : Oui ! Bonne idée.


Larry et Mac passent plus de cinq heures à disséquer les affaires sur lesquelles ils ont travaillé pendant que plusieurs équipes sont à la recherche active de Jo et Charlotte.


A suivre
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 16:07 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Je ne suis toujours pas rassurée par la situation inquiétante dans laquelle se trouvent Jo et Charlotte mais les deux frangins se mettent le doigt dans l'œil s'ils pensent connaître la vie de Mac après quelques jours de surveillance. Les failles de leur plan donneraient presque envie de rire, on peut effectivement le qualifier de mascarade. Tout sonne tellement faux dans la lettre qu'aucune personne côtoyant le couple Taylor de près ou de loin n'oserait y croire. Et maintenant que le procureur travaille avec Mac à recouper les affaires sur lesquelles ils ont travaillé ensemble, l'étau se resserre. 

_________________
Revenir en haut
Aurelle-sims
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2014
Messages: 960
Localisation: Montbéliard (25)
Loisirs: Ecriture de Fanfiction
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre
Persos préférés: Jo, Lily et Sydney
Couples préférés: Lily/Rick et Jac

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 03:02 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Chapitre 22


Larry et Mac passent plus de cinq heures à disséquer les affaires sur lesquelles ils ont travaillés pendant que plusieurs équipes sont à la recherche active de Jo et Charlotte.


Mac : Voilà il y a douze enquêtes sur lesquelles nous nous sommes croisés.
Larry : Oui ! L'affaire Spellman, je crois qu'on peut la mettre de côté. C'est une femme qui a donné la mort sans l'intention de la donnée. Elle a été condamné à trois ans. Elle est sorti de prison il y a un an pour bonne conduite. Elle a fait 27 mois de prisons.
Mac : Oui, je ne vois pas une femme comme ça se venger. On peut l'exclure.
Larry : L'affaire Meyer ! C'était une affaire complexe mais condamné à trente ans. Impossible que ça vienne de là.
Mac : Des proches qui voudrait le venger !?
Larry : Il est en prison depuis cinq ans. Je crois qu'ils l'auraient déjà fait.
Mac : Oui, vous n'avez pas tort. On oublie.


Mac observe de près un nouveau cas.


Mac : L'affaire Stravinski !
Larry : Je m'en rappelle de cette affaire ! Kurt Stravinski à fait huit ans de prison pour avoir violé et battu à mort une jeune femme de vingt ans. On soupçonnait son frère d'être complice mais nous n'avions pas pu le prouver.
Mac : J'ai croisé les frères Stravinski il y a même pas deux semaines. Ils sont venu me chercher des poux dans un café.
Larry : De bons suspects alors !
Mac : Oui ! Ils ont un bon mobile.
Larry : On va se concentrer sur eux.
Mac : Oui, mais sans négliger les autres pistes. Comme dit ma femme « toute personne est innocente tant qu'elle n'a pas été jugée coupable ».
Larry : ça fait longtemps que vous êtes marié ?
Mac : Non, pas vraiment, six mois mais c'est cinq ans d'amour dont trois ans à se tourner bêtement autour.
Larry : C'est une belle histoire. Un peu dangereux de tomber amoureux de sa collègue mais belle histoire.
Mac : Je ne vous le fait pas dire.
Larry : ça fait quinze ans que je suis marié à Charlotte. On s'est rencontré au Lycée à l'époque on vivait encore à Cologne.
Mac : En Allemagne ?
Larry : Oui !
Mac : Il faut qu'on les retrouve vite. Ils n'ont pas encore demandé de rançon et ça ne me rassure pas.
Larry : Si ils voudraient le faire, ils l'auraient déjà fait.
Mac : Je pense aussi. Ils savent très bien que perdre nos femmes serait tragique pour nous. C'est pour ça qu'ils s'en sont prit à elles. Maintenant c'est à nous de prendre ça en main. Rentrez chez vous et essayez de vous reposer.
Larry : ça ne va pas être facile.
Mac : Je vous préviens dès que j'ai du nouveau.
Larry : D'accord.


Mac met l'équipe sur le coup, qui se démène pour retrouver les deux voyous.


Durant la nuit, Charlotte et Jo n'arrivent pas à dormir.


Charlotte : Vous allez bien Jo !
Jo : J'ai faim, c'est horrible !
Charlotte : Les salops ! Mon mari ne va pas les ratés !
Jo : Mac non plus, croyez-moi !
Charlotte : ça va aller ?
Jo : Il va bien falloir !
Charlotte : Vous croyez qu'ils vont nous tuer ?
Jo : Je ne sais pas ce qu'ils veulent faire de nous. En tout cas, je pense qu'ils veulent faire passer un message à nos maris.
Charlotte : Mes enfants !
Jo : Je pense à eux aussi.
Charlotte : Vous en avez combien ?
Jo : J'ai un fils et une fille. Ils sont grand déjà.
Charlotte : Moi j'ai trois filles. Larry les adore.
Jo : Ils vont nous sortir de là, je le sais !


Le lendemain, Adam arrive dans le bureau de Mac.


Adam : J'ai étudié les caméras de la ville et il y a un van suspect qui s'est baladé près de chez vous et près de chez le procureur Zoembeller. Le van à été déclaré volé il y a une semaine à peine et d'après un témoin il est garé depuis hier soir devant un garage désaffecté.
Mac : Fiable le témoin ?
Adam : C'est un commerçant sans histoire.
Mac : Bon boulot ! Vous avez l'adresse ?
Adam : J'ai les donnés GPS.


Adam tend le papier à Mac.


Adam : Vous faites quoi Mac !
Mac : J'y vais !
Adam : Mais vous devriez attendre que les autres arrive non ?
Mac : J'y vais Adam !


Mac part sans renfort, ce qui ne rassure pas Adam.


Adam prend son téléphone et prévient immédiatement Don.


Une vingtaine de minutes plus tard, Mac arrive sur les lieux. Il prend son arme et cherche un peu partout quand il entend deux hommes parler.


Kurt : Va falloir allez donner à bouffé à la grosse quand même !
Bradley : Arrête ! Elle ne serait pas enceinte, je me la taperais bien moi.
Kurt : Remarque la femme du proc n'est pas mal non plus !
Bradley : Bon, je vais allez chercher à bouffer.


Il se lève et Mac qui est sur le côté le surprend avec son arme.


Mac : Pas si vite !


Kurt pointe son arme sur Mac.


Mac : Je te préviens que si tu ne lâches pas ton flingue ton frangin est mort. Baisse ton arme. (hurlant)


Bradley : Putain baisse ton arme ! (effrayé)


Kurt baisse son arme.


Mac : Envoi le par ici !


Kurt exécute. Mac attrape l'arme et regarde combien il y a de balle.


Mac : Très bien ! Où est ma femme ?
Bradley : Je ne sais pas !


Mac fait tourner la roulette du revolver et presse la détente. Bradley ferme les yeux.

Mac : Tu as eu de la chance cette fois-ci ! Où est ma femme ?
Bradley : Mais on ne sait pas nous !
Mac : Vous savez très bien où elle est !


Mac fait tourner encore la roulette et Bradley commence à paniquer.


Bradley : Non, attendez !
Kurt : Brad ! Ferme ta gueule !
Bradley : Je ne veux pas crever moi !
Kurt : Mais il ne va pas le faire.
Mac : Ne me sous-estime pas ! On ne touche pas à ma femme ! Vous avez fait une grave erreur !
Bradley : C'est bon ! Je vais vous le dire !
Mac : Toi vient là ! (s'adressant à Kurt)


Kurt s'avance. Mac lui passe les menottes et l'attache à un vieux radiateur. Il pointe l'arme derrière le dos de Bradley.


Mac : On va chercher ma femme et pas d'entourloupe sinon je te tire dans le dos sans scrupule.


Bradley peu rassuré marche jusqu'au fond du couloir. Ils franchissent une porte et descendent dans le sous sol.


Bradley : Elles sont là dedans.
Mac : Les clés !


Bradley donne les clés et prend la fuite pendant que Mac ouvre la porte.


Mac : Ma chérie !
Jo : Mac !
Mac : Oh merci mon dieu tu es en vie.
Jo : Je savais que je pouvais compter sur toi.
Mac : J'aurais remué ciel et terre pour te retrouver. J'ai compris tout de suite que la lettre c'était du pipo.


Bradley arrive au dessus.


Kurt : Eh qu'est-ce-que tu fais !
Bradley : Je me casse !
Kurt : Et moi ?
Bradley : Désolé !
Kurt : Batard ! (hurlant)


Au moment où Bradley s'apprête à franchir la porte, l'équipe de Don intervient.


Don : Pas si vite toi !
Bradley : Merde !
Don : Tu ne crois pas si bien dire ! Où sont Jo Taylor et Charlotte Zoembeller ?
Bradley : Elles sont en bas.
Don : Pourquoi il est menotté lui ?
Kurt : C'est le lieutenant Taylor ! Il a voulu faire une partie de roulette russe, il est complètement fou ce mec.
Don : N'inversez pas les rôles ! Vous me les coffrez ! (s'adressant à ses hommes).


Mac descend avec Jamie Lovato.


Don : Mac !
Mac : Je suis là Don !


Don arrive avec Jamie.


Don : Jo ! Ça va ?
Jo : Je crois oui !
Mac : Il faut appeler une ambulance.
Jo : Ce n'est pas la peine !
Mac : Tu es enceinte et je ne veux pas prendre de risque.
Jo : D'accord et vous madame ? Ça va ?
Charlotte : Oui ! Il faut prévenir mon mari.
Mac : On s'en occupe. Votre mari n'a pas été dupe, ne vous en faites pas.
Charlotte : Dieu merci.


Jamie s'occupe de Charlotte.


Don : Vous êtes intervenu en solo Mac ! C'est très imprudent ce que vous avez fait et interdit surtout.
Mac : Je sais, j'en assume la responsabilité.
Don : Je suis là, c'est le plus important. Par contre les deux ordures m'ont parlé d'une partie de roulette russe !
Mac : L'arme est déchargée, regardez !


Don inspecte l'arme et Mac sort les balles de sa poche.


Don : Bien joué Mac. (avec un clin d'oeil)


L'ambulance arrive et conduit Jo à l'hôpital. Elle se fait examiner et rien de préoccupant. Elle reste une nuit en observation avant de pouvoir rentrer chez elle.


Charlotte tant qu'à elle est ravie de retrouver sa famille. Le lendemain, Larry arrive au bureau pour félicité Mac pour son courage.


A suivre.  
_________________
Revenir en haut
Barbara
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2015
Messages: 677
Localisation: Beaune (21)
Loisirs: ♪♫
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鼠 Rat
Persos préférés: Jo/Lily/Maggie/Stacy
Couples préférés: Hacy/Jac/Lirick

MessagePosté le: Mar 29 Déc - 01:01 (2015)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs Répondre en citant

Malgré le risque encouru en agissant seul, rien n'aurait pu retenir Mac de partir délivrer sa femme ainsi que Charlotte. Son intervention musclée est tellement réaliste que j'ai eu l'impression d'y assister mais elle est aussi très habile, tout comme Don je suis impressionnée par le coup de la roulette russe. Le cauchemar est heureusement terminé pour Jo, elle va enfin pouvoir rentrer à la maison. 

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:27 (2018)    Sujet du message: Le pouvoir des fleurs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Sela Ward Index du Forum Fictions terminées
Page 3 sur 3 Aller à la page: <  1, 2, 3
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Sela Ward by Aurelle-Sims, © 2015 Aurelle-sims
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com